Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Quatrième de couverture :

Gus a disparu ! Le meilleur ami d'Oksa s'est volatilisé, ce matin, quelque part dans St Proximus leur magnifique collège londonien. Oksa ne retrouve que son portable gisant sur le sol d'une salle de classe. Dans la mémoire de l'appareil, la photo d'une femme étrangement familière. Qui est - elle ? Qu'est devenu Gus ? La jeune fille l'ignore encore mais en cherchant la vérité, elle va révéler des secrets de famille, jusque là soigneusement cachés. Et dangereux. Alors pour sauver son ami, elle n'hésite pas à plonger dans un monde parallèle, un monde où la magie côtoie la peur, où les épreuves mortelles n'épargneront pas les "sauve-qui peut". Aider par les irressistibles foldingots, sans oublier la frileuse Devinaille, la jeune gracieuse trouvera t'elle à temps l'unique issue de la Forêt des Egarés.

 

Avis et critique :

Second tome de l'histoire d'Oksa Pollock que j'avais lu, il y a plus de six mois avec une certaine retenue dans la mesure où cette volonté des éditeurs de surfer sur la vague Harry Potter en essayant de trouver une nouvelle J.K Rowling me semblait trop flagrante. J'avoue que j'avais passé un moment agréable à la lecture de ce premier tome, même si les ressemblances entre Oksa et Harry étaient souvent nombreuses. C'est donc avec moins de réserve que j'ai entrepris la lecture du second tome.

Un nouveau volet des aventure d'Oksa, donc, sur la thématique de la magie. Il nous permet de découvrir un nouveau phénomène original l'entableaument  (tout le monde plongé dans un tableau à la recherche de Gus absorbé par inadvertance par un tableau), de se familiariser avec les nouveaux pouvoirs d'Oksa mais aussi de ses proches, c'est aussi un volet beaucoup plus sombre avec la perte de certains des héros du premier tome, l'enlèvement non résolu de la maman d'Oksa, la trahison de certains membres de la tribu des "Sauve Qui Peut" et la naissance de sentiments amoureux chez Oksa. Les rebondissements restent, ici aussi, nombreux et on ne peut s'empêcher de se dire que l'on lira aussi le tome 3

Sans mauvais jeu de mots, la magie opère toujours, même si la médiathèque où je me suis fourni ce second tome le classe dans la littérature adolescente, les longueurs parfois se multiplient mais on arrive à la fin du livre, toujours charmé. Même si je dois me mettre à dos les défenseurs d'Oksa, jugeant cette oeuvre comme originale, les équivalences avec Harry Potter sont nombreuses.

Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :