Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Un grand merci aux Editions Buchel et Chastel et à BOB qui m'ont permis de découvrir un des nombreux romans de la rentrée littéraire 2010.

 

Quatrième de couverture :

 

Dans une prison américaine, Raza Ashraf attend, nu et troublant, son transfert pour Guantanamo. Comment peut-on en arriver là....

Quand le 9 août 1945 au matin, Hiroko Tamako sort su terrasse en kimono aux motifs d'oiseaux, elle est enivrée par le bleu du ciel de Nagasaki, son coeur bat à tout rompre. Sur ses lèvres, elle a encore l'empreinte de celles de Konrad Weiss, son amant allemand, et à ses oreilles résonne toujours sa demande en mariage.

Mais, à peine née, leur histoire s'achève déjà. Car d'un coup, le monde blanchit...Contrairement à Konrad, Hiroko survit à la bombe atomique, et les graves brûlures sur son dos prennent alors la forme de grands oiseaux noirs qui lui rappelleront toute sa vie ce qu'elle a perdu...

Deux ans plus tard, elle se rend à Delhi chez la demi-soeur de Konrad, Elizabeth Burton et sonmari James. Leur employé, Sajjad Ashraf, lui donne des cours d'Ourdou. Il sait la troubler et vaincre son renoncement à l'amour...

Alors que la terrible Partition succède à la Seconde Guerre Mondiale, l'histoire, l'amour et la mort ne cesseront d'entrelacer, dans ce très beau roman de fidélité, de passions et de trahisons, les destins de Hiroko, des Burton et des Ashraf, transportés de Karachi à New York, et, pour certains, jusqu'en Afghanistan, dans le sillage immédiat du 11 septembre 2001...

Kamila Shamsie est née en 1973 à Karachi. Pour son dernier roman, Quand Blanchit le monde, elle a été finaliste en Grande Bretagne du Prix Orange 2009.

 

Avis et critique :

 

Fresque historique moderne romancée débutant en 1945 et se poursuivant jusqu'à nos jours en Afghanistan occupée. Sur une histoire d'amour avortée entre deux cultures marquées par la haine et la violence l'Allemagne et le Japon, Kamila Shamsie va bâitr une fresque marquée par la guerre et la haine.

Hiroko va réussir à reconstruire une famille avec Sajjad, en liaison avec celle de son défunt Konrad, les Burton. Les enfants de chacun vont alors être évoluer entre le continent indien marqué par la scission entre le Pakistan et l'Inde, le continent américain définitivement déstabilisé par les attentats de septembre 2001, marqués par les conflits menés ou préparés par la CIA, notamment en Afghanistan.

Morts, tragédies, religions, occupation soviétique en Afghanistan marqueront toute la descendance d'Hiroko et Sajjad. Peut -on échapper à son destin marqué par la mort violente?  Les conflits religieux et ethniques se multiplient, on les vit de l'intérieur, les bases de l'opposition entre l'Occident, l'Orient et la culture musulmane sont décrites et expliquées, les mécanismes détallés.

Un bon roman de cette rentrée littéraire, hélas, trop méconnu.

Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost 0