Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://image.evene.fr/img/livres/g/2226167226.jpg

 

 

 

Quatrième de couverture 

 

"Concentration" : la dernière-née des émissions télévisées. On enlève des gens, on recrute des kapos, on filme ! Tout de suite, le plus haut score de téléspectateurs, l'audimat absolu qui se nourrit autant de la cruauté filmée que de l'horreur dénoncée. Etudiante à la beauté stupéfiante, Pannonique est devenue CKZ114 dans le camp de concentration télévisé. Le premier sévice  étant la perte de son nom, partant de son identité. Zdena, chômeuse devenue la kapo Zdena, découvre en Pannonique son double inversé et se met à l'aimer éperdument. Le bien et le mal en couple fatal, la victime et le bourreau, la belle et la bête aussi. Quand les organisateurs du jeu décident de faire voter le public pour désigner les prisonniers à abattre, personne ne s'abstient de voter et Pannonique joue sa vie.

 

Avis et commentaire :

 

Voilà une auteure, tant sur médiatisée, avec laquelle j'entretiens un rapport de lecteur plutôt timoré ; tantôt heureux avec "Hygiène de l'Assassin", tantôt détestable quand elle joue sur la facilité avec des livres comme "Métaphysique des Tubes". J'avoue, cette fois que je voulais voir comment elle pouvait traiter une thématique si grave et à priori impossible à romancer ; les camps de concentration et la télé réalité.



Et bien autant le dire tout de suite, pour moi, son culot et sa lucidité sur la nature humaine résolument mauvaise portent, ici, ses fruits. Pour moi c'est une réussite. On peut même dire que seule, Amélie Nothomb, pouvait se sortir d'un exercice aussi difficile avec talent et sans  mauvais goût excessif.

 

On n'a pas de mal à imaginer que notre société, profondément voyeuse et bercée par les médias en quête du mauvais goût, pourrait laisser une telle émission se lancer et se développer et la porter aux nues. D'ailleurs ne vit-on déjà pas des souffrances physiques et morales de ces candidats, dans les émissions actuelles. Pour le moment ce sont tous des candidats volontaires, à la différence des héros d'Amélie Nothomb. Raflés dans des lieux publics et emmenés dans un camp de concentration,  totalement laissés aux mains de kapos très vraisemblable dans l'abject puis par le public avec une sentence, autrement plus définitive puisqu'à l'issue de chaque journée, des candidats sont condamnés à mort. 

 

Amélie Nothomb décortique avec brio, la vie et les lâchetés ordinaires des candidats, malgré eux, et dresse le procès sans concession du public qui va porter aux nues cette émission. A travers le jeu de puissance de certains Kapos, de celui des faiblesses ou des forces de quelques uns des prisonniers, c'est un bestiaire que l'on suit avec intérêt. Comme souvent, dans ses œuvres, Amélie Nothomb s'attache à disséquer le combat du mal et du bien à travers Pannonique, jeune fille d'une très grande beauté, une des prisonnières au matricule CKZ114, et la Kapo Sdena, abjecte et inculte qui va en tomber amoureuse. Sur fond de rapports de force entre prisonniers, accroissement de l'audience, horreur quotidienne des travaux forcés, des sévices des Kapos, tout cela bien mis en valeur par Amélie Nothomb c'est la volonté désespérée de Pannonique de donner un semblant de morale au public, aux kapos et aux prisonniers qui est mis en avant. 

 

Attaque en règle d'une société se repaissant d'émissions sordides au niveau culturel zéro, des faiblesses et petitesses humaines, de l'immoralité mais toujours une certaine fascination du mal, tout est au rendez- vous.

 

Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost 0