Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelle lecture de cette rentrée pour l'Automne 2017. Merci à NetGalley et aux Editions JCLattés pour ce partage.

Résumé éditeur :

Balthazar Béranger, médecin, s'installe avec son épouse dans un ancien presbytère, dans les années 1970. Il entend élever ses enfants en les initiant à la musique et à la morale, et en les coupant d'un monde jugé néfaste pour leur développement. Ils seront des pantins soumis aux coups et aux exigences de leur père.

Avis et commentaires :

Premier roman de cette auteure et on peut dire qu'il marquera cette rentrée tant le style et le récit sont particuliers.

Au départ de ce roman c'est un drame de la route qui lance l'histoire ; Clément, probablement alcoolisé se blesse grièvement au volant de son camion, il trouve refuge auprès de Sonia après une longue période de rééducation et le lecteur ne s'attend alors pas au long récit qui va suivre. 

Ce roman cauchemardesque est celui de la famille que Balthazar Béranger entend avoir avec une épouse soumise, aux failles psychiques réelles et  du long calvaire qu'indirectement ou directement il fera subir à l'ensemble des siens, sans exception sur des critères et des attentes dignes d'une rare perversité. C'est sous le toit d'un ancien presbytère où il dirige sa tribu et ses activités de médecin comme sa passion pour la musique et le clavecin que l'horreur est quotidienne et la pression psychologique extrême. Sonia, son épouse, battue régulièrement mais soumise et totalement sous sa coupe avec des vrais moments de bouffées délirantes contre ses quatre enfants. Ces derniers ; Clément, Sébastien, Manon et dans une moindre mesure Alice sont sous le joug d'un père autoritaire, violent qui, avec la complicité involontaire de son épouse, les tient sous sa coupe rétrograde où aucun écart ou maladresse n'est autorisé. Sans réel soutien, ces enfants perdent toute notion de normalité et vont de plus être livré à des amis de la famille comme à Tanguy, dont l'enfance martyre a ému Balthazar, aussi pervers l'un que l'autre et déviant. Plongé dans tant d'horreurs, les enfants vont à leur tour nouer des liens équivoques entre eux. 

Ariane Monnier va s'attacher à démonter les mécanismes, fausses excuses que Balthazar comme Sonia ou Tanguy vont défendre contre leurs propres enfants mais aussi les schémas que la perversité parentale va instaurer et vouloir normaliser.

Un style incantatoire, de nombreuses métaphores pour recouvrir l'innommable, une réelle connaissance des troubles psychiques humains, c'est la marque de fabrique d'Ariane Monnier avec la précision d'un chirurgien. Découpé en 5 parties, ce livre est un terrible récit qui ne peut pas laisser le lecteur insensible ni au bord de la nausée mais qu'il faut lire et même si parfois il est nécessaire de revenir sur certains passages, cela reste un livre à absolument lire.

Tag(s) : #NetGalley

Partager cet article

Repost 0