Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seconde lecture avec Les 68 premières fois dans le cadre de l'édition de janvier 2017.

Quatrième de couverture :

"Pour le rendez-vous elle avait colorié sa bouche de coquelicot en tube, poudré ses pommettes, la totale. Elle apprendra que son rouge avait bavé sur ses incisives, ravageant son sourire un brin carnassier. Bartolomeo avait trouvé Sali jolie quoiqu'un peu ridicule, elle avait quelque chose d'une tasse de porcelaine mal rangée, au bord de la chute, en détresse."

Sali, Bartolomeo. Un amour qui dure depuis trente ans. Mais un grain de sable enraye tout : sur les sentiers des Pyrénées, Bartolomeo est victime d'un AVC. Comment l'accompagner ? Comment croire à l'avenir ? Contre l'accident fatal, il reste un seul ressort : la volonté d'une femme, qui décide de réenchanter les derniers instants de son mari.

La Téméraire est un texte bouleversant qui embrasse la maladie dans une danse grave et généreuse.

Avis et commentaires :

Exceptionnelle mais difficile lecture quand on a été, nous-mêmes confrontés à cela et pas plus tard que l'an dernier... Mais on évite tout le pathos auquel de nombreux livres sur la question nous plongent... Quel amour et quelle pudeur dans la volonté de Sali d'affronter et d'offrir le meilleur à son homme et quelle beauté dans ce texte. Refuser le moment du tout médicalisé et offrir des horizons. Partagé entre des retours en pointillé sur ce qui fut leur histoire, les avis contrastés voir opposés à sa démarche, les derniers instants de vie.... une très belle écriture.

Homérique cette alliance pour porter le corps dans ce qui était son univers de grands espaces, rarement lu un texte où le sens des images, des mots et des maux comme le sens de la métaphore et de la beauté du monde. Contraste aussi d'une famille où les enfants partis dans leur propre univers, dans une certaine auto destruction de Maia, chacun vit cette maladie et cette fin douloureuse de manière différente, retarder l'issue fatale par le rejet ou le soutien. Superbe.

 

 

Tag(s) : #Les 68 premières fois

Partager cet article

Repost 0