Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Porteurs de glace

 

Auteur :

 

Poète et romancière née aux Pays Bas, Anna Enquist est psychanalyste. Ce livre est son troisième roman traduit en français, après "Le Chef d'Oeuvre" et "Le Secret".

 

Quatrième de couverture :

 

Nico et Lou Desbrogé cachent un drame familial au monde extérieur. Entre eux le non-dit est devenu une règle, et pour Nico, psychanalyste de profession, la maîtrise absolue de cet été d'esprit est réellement un principe. Pourtant l'angoisse et la douleur s'installent en lui. Peu à peu ses contradictions, ses émotions le dépassent.

Dans ce roman, Anna Enquist retrace avec une grande justesse la dérive psychologique de ses personnages. Leurs sentiments, subtilement déviants, sont les clefs d'un univers familier et inquiétant baigné de culpabilité protestante, de freudisme implicite et d'une non-communication que l'on pourrait qualifier de "bergmanienne".

 

Avis et remarques :

 

Que les choses soient claires, sans une lecture commune, je ne me serai jamais porté sur cette auteur.  A la réception du livre et à la lecture de la quatrième de couverture, mon attention se tenait éveillée.

Une thématique intéressante ; la disparition jamais élucidée de l'enfant unique de ce couple, les bases même de la survie d'un couple sur la durée, une approche un peu psychanalytique par le milieu dans lequel évoluent et l'auteur et son héros masculin, tout cela devait promettre. L'écriture est de qualité, la description de ces deux personnages centraux, leurs démons, leurs faiblesse, ce sont les points forts de ce livre.

Mais pour le reste, je dois avouer que l'on tourne en rond entre la fixation / transfert de Lou sur le jardinage et le jardinier, les rapports houleux que va entretenir Nicolas avec ses collaborateurs et ses actionnaires, dans sa prise de fonction et le pire la relation extra conjugale avec une collègue plus jeune.

Des pistes, des idées intéressantes notamment sur le drame des couples dont l'un des deux est stérile, l'autisme mais trop peu creusées. 

Tag(s) : #Mes critiques de livre lus
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :