Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un grand merci à Elisa Grosset et Wendall Utroi comme à Slatkine & Cie pour cette découverte en avant-première d'un auteur que je viens de découvrir avec ses deux autres livres "La Loi des Hommes" et "Les Yeux d'Ava" (chroniques à venir) deux livres excellents à la thématique différente mais maitrîsé avec brio.

Quatrième de couverture :

Kalya est une jeune gitane au tempérament bien trempé, Hugo une tête brulée que rien n'arrête. Ils vivent le parfait amour au paradis des vauriens, un terrain vague où ils font les quatre cents coups. Jusqu'au jour ou un événement dramatique vient les séparer, peut-être à jamais.
 
Avis et commentaires :
Éblouissant récit de la vie de deux êtres qui, dès l'enfance, vont se trouver plonger dans un monde de violences (familiale, sociétale) et à l'écart volontaire ou non des enfants de leur âge, en marge des critères des bien-pensants de cette France des années 40 et celà jusqu'à la fin des années 1980. Leurs blessures originelles, la nécessaire survie à tout crin... vont les faire se rencontrer et sceller un pacte de sang et d'amour qui sera l'élément qui vont les faire tenir face au mond entier. Un monde où à sa violence, ils ne peuvent qu'opposer aussi une certaine violence et cruauté pour tenter de survivre et de se retrouver.
A travers des récits croisés sensibles, Wendall Utroi, va redonner ses lettres de noblesse à ce mot un peu galvaudé et qui compose une partie de son titre: "vaurien". C'est tout d'abord Lucia, la mère d'Hugo, un des deux personnages centraux de ce roman, qui va tenter à tort ou à raison d'assurer sa propre survie alors que ses parents n'arrivent pas à s'en sortir eux-mêmes, en offrant son propre corps aux hommes de passage, puis celle de son fils jusqu'à se compromettre avec les officiers allemands durant l'occupation scellant ainsi la naissance de la violence de son enfant. Se débrouiller pour survivre, puis assurer un certain avenir à son enfant.
Simultanément et durant une bonne première partie de ce récit c'est celui d' un jeune homme  (on ne  découvre qu'ultérieurement sa véritable identité), à la violence pleine et entière, un être assez peu fréquentable et plutôt  antipathique et en fuite dont la seule petite partie d'humanité ne se découvre que dans l'évocation du prénom de Kalya et de son souvenir. Cette jeune gitane aux origines fracassées et sous la coupe d'un père de substitution, ferrailleur et abject va alors prendre une place  prépondérante dans le récit et le moments de grâce de ce récit vont alors se multiplier dans les épisodes insouciants mail  qu'elle va partager avec son complice, l'union de deux êtres face aux préjugés, au reste du monde haineux et agressif auquel il faudra bien opposer ses propres armes. 
L'histoire de ces deux êtres va bien sûr être perturbée par de longues périodes de rupture, séparation durant lesquelles les infortunes de Kalya, les dérives criminelles et d'extrême violence d'Hugo, seront le creusot de la fusion de leur relation. Que de sang, de tragédies, trahisons, de barrières dressées pour qu'ils puissent se retrouver... Portraits conjoints de ce "Paradis des Vauriens," d'une société injuste et brutale, de la nécessaire union contre tous d'Hugo et Kalya.
Fresque passionnante et si sensible d'une plume tout à fait remarquable à suivre absolument.
Tag(s) : #wendallutroi, #slatkine&cie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :