Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une initiative à nouveau originale et juste exceptionnelle un livre proposé en partenarait avec la très originale maison d'edition "Les Escales" en lecture commune et avec échange avec l'auteur juste avant sa sortie.

Quatrième de couverture

Alors que le narrateur vient d’apprendre qu’il sera bientôt père d’une petite fille, le téléphone sonne. À l’autre bout du fil, sa mère. Le bateau de son père, Jean, vient de sombrer « corps et biens ». Jamais Jean ne saura que sa petite-fille s’appellera Louise.
Peut-être pour lui rendre hommage, peut-être pour apaiser son chagrin, le narrateur se met alors à écrire le roman de ce coquillier blanc et bleu, Ar c’hwil, né presque en même temps que lui.
Derrière l’histoire du bateau, c’est celle du père, de ses peines et de ses drames qui se profile. Mais aussi celle d’une famille, faite d’amour filial et fraternel. Une famille simple, où la pudeur des sentiments est de mise. Une histoire intimement liée à celle de la Bretagne, de la pêche et des crises qui ont jalonné la seconde partie du XXe siècle.

À travers une chronique à la fois intime et sociale évoluant sur près de soixante ans, Grégory Nicolas rend hommage au courage des pêcheurs et de ceux qui les attendent.
 

Avis et commentaires :

Un livre dans lequel j'ai plongé sans réserve et dégusté d'une traite.

La famille est toujours un lien par lequel les auteur(e)s ont matière à écrire avec plus ou moins de réussite. Mettons un terme aux spéculations, celui de Grégory Nicolas est une réussite pour moi.

Trois générations sont ici au cœur de ce récit où l'amour et la passion de l'océan vont rythmer ce très sensible récit avec la part de mystères indispensable à l'intérêt de ce récit. L'originalité de ce roman c'est que  l'angle choisi est celui de la relation entre pères et fils. Sur plus de soixante années nous allons suivre cette chronique d'une grande sensibilité. Le point de départ est tragique ; alors qu'il s'apprête à informer son père de la naissance de sa fille ;  Louise, le narrateur apprend la disparition de ce dernier à bord de ce petit coquillier dont il était si fier qui a rythmé les jeux et les rares sorties de son enfance et celle de ses frères. C'est ainsi que le lecteur va remonter toute l'histoire, les tragédies de ce père, les regrets et les non-dits dans cette famille où la réserve et la pudeur sont de mise. C'est aussi une histoire profondément liée à celle de la Bretagne, de ses joies et ses heurts. Chapitre après chapitre, le voile se lève, les histoires se dévoilent mais aussi certaines haines qui vont s'estomper. Les secrets de famille, le silence des femmes et mères comme celui de Jean vont tendre le récit et inciter le lecteur à vouloir très vite poursuivre cette découverte. C'est aussi l'histoire de vie étonnante et dure de Benoît Notre - Dame au destin intimement lié à celui de Jean qui permettra à la fratrie de lever une grand part d'ombre dans la vie de leur père...

Une grande tendresse de l'auteur vis à vis de ce récit sensible et de ses personnages, un profond sentiment d'humanité entoure ce très beau et original récit. On ne peut qu'adhérer et vous inciter à le lire.

Tag(s) : #lesfilsdupecheur, #lesescales, #leclubdelecturedesescales, #gregorynicolas, #lecturecommunelesfilsdupêcheurs
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :