Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un livre - choc découvert dans cette dernière édition des 68 Premières Fois où la nausée n'est pas loin, non par le livre mais par le phénomène qu'il démontre presque chirurgicalement.

Quatrième de couverture :

Paul est amer. Son travail à la Poste est répétitif, il vit seul et il considère que ses traits d'une laideur accablante sont une entrave à son bonheur. Pourtant, lorsque Mylène emménage sur le même palier, Paul se sent renaître et, amoureux, multiplie les attentions à l'égard de la jeune femme qu'il finit par séduire, pour une seule et unique nuit.
Lorsqu'elle l'éconduit, Paul craque.

Avis et commentaires :

 

Un roman terrible et remarquablement explicite à la fois sur la violence faite aux femmes si regrettablement d'actualité mais aussi sur ce qu'est la maladie du pervers narcissique. Au cœur de ces 245 pages il y a Paul, un homme laid, rancunier, au quotidien si sinistrement banal et effroyablement seul. Sa vie affective et amoureuse est tout simplement désastreuse, une passion fugitive et non partagée avec Léa jusqu'à l'arrivée d'un voisine un peu paumée mais dont Paul va vraiment vouloir en faire la femme de sa vie ; Mylène....
 
Cela va devenir obsessionnel et déjà proche de la folie. Une proie fragile parce que probablement en pleine déception amoureuse.... et une première proie qui va, plutôt par extrême lassitude, céder une nuit à la cour lourde et assidue de Paul. Si pour ce dernier c'est forcément l'histoire d'amour de sa vie, Mylène va regretter dès le lendemain cet abandon et cela d'autant plus en découvrant l'extrême violence et la possessivité maladive de Paul. C'est pour lui le choc, la haine qui renaît mais aussi une certaine dépression.
 
C'est alors Angélique, une nouvelle collègue de Paul, autre jeune femme fragilisée par une histoire amoureuse récente, élevant seule son fils, par grandeur d'âme et extrême gentillesse qui va s'attacher à vouloir rendre heureux cet homme triste. Erreur monstrueuse,  elle va très vite découvrir la vraie personnalité de Paul, jaloux, possessif, pervers narcissique, violent et payer le prix le plus élevé de cette relation. Car si celui-ci va, à regret et par défaut se lancer dans cette relation, brûlant sans conviction toutes les étapes en invitant Angélique et son fils à emménager chez lui, ce n'est que pour assouvir sa volonté d'aliénation totale de cette jeune femme. Ces quelques semaines qui vont nous emmener à l'issue de ce récit tragique sont tout simplement magistralement et tragiquement rendues dans l'étude au scalpel de l'auteure de la maladie mentale du pervers narcissique qu'est en fait Paul, tout comme l'extrême fragilité de sa victime Angélique. 
Le schéma amour, possession, alcoolisme, violence, volonté d'aliénation, regrets passagers de l'un comme de l'autre sont parfaitement rendus et laissent le lecteur à la limite du mal-être et du malaise, c'est vraiment superbement tragique et la fin reste inattendue.
Tag(s) : #68premieresfois, #nicolegrundlinger, #calmannlevy, #benedictesoymier
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :