Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un grand merci à Annie pour ce prêt.... un livre de haute volée.

Quatrième de couverture :

"Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu'y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose."

Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.
Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec 'Né d’aucune femme' la plus vibrante de ses oeuvres.
Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine.

Avis et commentaires :

Un livre inqualifiable et inclassable, une grande claque pour le lecteur .... ce sont un peu les qualificatifs les plus lus, entendus et vus depuis sa sortie.

Et je ne peux qu'aller dans ce sens, une oeuvre noire...très noire avec une plume acérée et exceptionnelle qui m'avait déjà marquée à la lecture de "Glaise" du même auteur.

Une première de couverture déjà forte et exceptionnelle. Un récit efficace et un drame humain dans une région reculée et oubliée de tous, hommes et Dieu même si le rapporteur de ce récit est un ecclésiastique, se delivrant ici d'un secret bien lourd. Une famille misérable (dans le sens propre) au point que pour permettre à toutes ses composantes une survie, le père de famille prend la décision de vendre les services de la fille aînée, Rose, à une petite fortune locale, un ancien maître des forges vivant avec sa mère dans un bien sombre mais apparemment riche demeure. Les traits de caractère de l'ensemble des personnages de ce huit-clos sont rendus avec concision mais efficacité, peu de sentiments humaine en illustrent cette petite communauté.

Si pétris de remord, le père indigne va tenter de réparer sa faute, il ne peut imaginer ni les lecteurs de cette sordide histoire le drame qui se noue, le niveau de perversion de la famille d'accueil qui lie la mère et son fils aussi ignobles qu'inhumains. Sorts tragiques de cette pauvre Rose comme de son père, rien ne nous est épargné.... il n'y aura pas d'happy end ici.... mais quel talent d'écriture et de scénario.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :