Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Un nouveau partage de qualité avec cette maison d'édition toujours à l'affut d'écrits atypiques.

Quatrième de couverture :

Ils étaient arrivés sur la terrasse. A l'intérieur, les derniers clients du restaurant s'attardaient auprès du piano où l'un d'eux massacrait la Marche Turque. Antoine distinguait mal le visage de Kampaner, à la lueur de l'enseigne clignotante.
« Vous allez au devant d'un combat, cher Monsieur. Je vois distinctement une forme sinueuse qui tourne autour de vous et cherche à vous enserrer. Quoi que vous fassiez, vous n'y échapperez pas. Vous serez mis à l'épreuve. Mais vous recevrez de l'aide. Il ne s'agit pas seulement de vaincre, mais aussi de sauver... »
« Sauver... Qui ? »
Kampaner eut un geste vague pour désigner l'infini du ciel et de l'océan, la façade de l'hôtel hachée d'éclairs verdâtres, le groupe qui s'agitait derrière la baie vitrée. Puis il s'inclina et tendit la main à Antoine.
« Je ne dînerai pas, ce soir. Bonne nuit, Monsieur. »

Avis et commentaires :

Ne surtout pas se fier au synopsis, bien trop vague, simple passage du livre. Ce récit est dans une certaine mesure ; celui d'une certaine renaissance ; celle d'Antoine, le héros (plutôt anti - héros à la réflexion) et personnage principal de ce roman. Peut-on imaginer plus banal que cet homme à l'aube d'un retraite professionnelle et d'une vie tout court bien banale, un peu celle de nombre d'entre nous, lectrices et lecteurs. Un destin, jusque là bien terne, un mariage sans éclat bâti probablement sur un malentendu entre un homme un peu réac, casanier et épris de lecture et une femme qui aspirait vraisemblablement à autre chose de plus palpitant et dont les principales rivales restent des livres plutôt vieille France.... de terroir. Sans surpise un échec qui se conclut par une séparation à l'amiable et toute traditionnelle ; notre Antoine ne peut pas non plus se targuer d'un job (les finances) palpitant avec une multitude d'ami et de collègues avec qui partager quoique ce soit.... à la limite un homme effacé dont la seule collègue  avec qui il partage un peu c'est sa responsable ; Nicole.

Menant depuis sa séparation une vie solitaire faîte d'habitudes simples et de lectures, il a pour autre interlocutrice et débatteuse sa bibliothécaire Agnés (tiers - mondistes, plutôt horripilée par le côte réac et nationaliste d'Antoine), c'est donc à la retraite, sans véritable perspective que cette sorte de M William (Merci Léo Ferré j'ai retrouvé un de ses fils ici) par le truchement de Nicole et avec en arrière plan d'Agnès qu'il va se retrouver au coeur de quelques rebondissements et actions au coeur de la Bretagne...

Cette vie, enfin bousculée, je l'identifierai à une sorte de quête un peu philosophique et éthique et de confrontation avec des personnages parfois aussi cabossés et à une réflexion et des visions de la vie souvent opposées aux siennes . Un parcours indispensable entre Paris, où il a vécu la plus grande partie de sa vie et la Bretagne où Nicole l'envoie dans un maison de famille pour qu'il lui rende service, qu'il ouvre un peu son décor habituel si terne, voîre lui permettre de se lancer dans ce qui est à priori un vague besoin d'écriture. Son destin se trouve un peu bousculé par des personnages qui semblent avoir été mis sur son parcours pour approfondir sa quête intellectuelle et initiatique.... Hasard ou nécessité je laisse le choix à chacune et chacun...

Dans un ordre chronologique c'est Mathile et son fils Julien en pleine deshérence dont le mari était un ancien collège d'Antoine, sa jeune voisine de voyage dans le train qui le mène en Bretagne aux aspirations proches des siennes, d'un peintre, Kampaner, à l'histoire de vie cabossée, au trio étrange constitué par Charly, de la troublante et sensuelle Rachel, le très étonnant Père de Cergy...

Tous ces destins, ces histoires de vies, ces expériences parfois violentes sont autant d'opportunités permettant au lecteur de suivre avec intérêt nombres d'échanges spirituels sur le sens de la vie, de se confronter à une certaine philosophie et expériences de vie. Un livre constitué de nombreux repéres, de réflexions recherchées dans une langue de très grande qualité et compréhension, je n'ai jamais autant surligner de passages et phrases dans mes lectures les plus récentes.

On ne peut qu'inciter le plus large public possible à lire et relire ce livre et à suivre l'évolution de ce proche ami que devient pour nous Antoine...

Tag(s) : #Partenariat Partage Lecture, #partagelecture, #editionskyklos, #marcgautron, #olivierbihl
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :