Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Présentation de l'Editeur :

 

Le voyage a duré deux jours et demi ; du 13 avril à l’aube du 15 au soir à Auschwitz-Birkenau. C’est une des dates que je n’oublierai jamais, avec celle du 18 janvier 1945, jour où nous avons quitté Auschwitz, et celle du retour en France, le 23 mai 1945. Elles constituent les points de repère de ma vie. Je peux oublier beaucoup de choses, mais pas ces dates. Elles demeurent attachées à mon être le plus profond, comme le tatouage du numéro 78651 sur la peau de mon bras gauche. À tout jamais, elles sont les traces indélébiles de ce que j’ai vécu. Avec Une vie, Simone Veil se raconte à la première personne. De l’enfance heureuse dans une famille juive et laïque à la déportation, de l’industrie du massacre à l’avance des troupes soviétiques, de Gleiwitz à Bergen-Belsen, de Sciences-Po à la magistrature, de la découverte de l’antisémitisme des milieux politiques français au combat pour la législation de l’IVG, de la présidence du Parlement européen à la mémoire des Justes, elle retrace les différentes étapes d’un parcours personnel et politique peu ordinaire. « Deux mille cinq cents survivants sur soixante-dix-huit mille Juifs français déportés. Il n’y a que la Shoah. L’atmosphère de crématoire, de fumée et de puanteur de Birkenau, je ne l’oublierai jamais. Là-bas, dans les plaines allemandes et polonaises, s’étendent désormais des espaces dénudés sur lesquels règne le silence, c’est le poids effrayant du vide que l’oubli n’a pas le droit de combler, et que la mémoire des vivants habitera toujours. » Une autobiographie attendue depuis longtemps

 

Avis et co/mmentaires :

Un véritable destin et quel destin ; celui de cette très grande dame, survivante extraordinaire de la shoah pour rebâtir ou tenter de rebâtir une France ravagée et une Europe en construction.

Ce livre est tout simplement déchirant, on suit la montée en puissance de l'antisémitisme en France, de la défaite très rapide face à une Allemagne profondément revancharde et haineuse, toute la famille Veil va se retrouver de Paris à Nice plongée dans l'horreur nazie et les camps de concentration et se trouver anéantie quasiment totalement.
Seule Simone par une heureuse chance (incompréhensible) et sa soeur en reviendront et encore profondément boulversée et malade quant à la soeur de Simone Veil.

Cette première partie est importante mais ne couvre pas totalement tout le livre, néanmoins on ne peut que penser que si Madame Veil n'avait pas connu ces horreurs, son parcours de femmes, de politicienne, de ministre et de Présidente de la Communauté Européenne ou de femme au sein du Conseil Constitutionnel en aurait été, peut-être, radicalement changé.

C'est ensuite toutes les rencontres (Sadate, Begin), les combats pour définitivement construire une europe pacifiée, les combats politiques et humains de femmes au sein de la société française politique (profondemment anti feministe, inhumaine quant à l'IVG, foncièrement antisémite) qui nous sont ici rappelés avec brio. On peut ne pas se sentir proche des choix politiques de cette femme mais sa vision et son récit de vie est extraordianire d'humanité mais aussi de bienveillance attentive.

Il faut lire et faire lire à la plus grand partie du public français et européen ce livre, cette vie exceptionnelle et plus que respectable pour retrouver un peu d'humilité et d'honneur mais aussi voir dans ses engagements politiques un modèle et tenir compte des alertes qu'elle nous fait passer à l'heure où le monde politique n'offre plus rien que du rejet et l'absence de véritable personnalité.

Enfin, les passages consacrés à la description des hommes politiques français sont tout simplement délicieux et implacables dans les jugements portés sur De Gaulle, Pompidou, Giscard, Chirac et Barre, un seul bémol l'apparente indulgence voir connivence avec l'actuel chef d'état français.

A lire donc, un coup de coeur.

Une note: 9 / 10

Tag(s) : #Ma passion d'histoire

Partager cet article

Repost 0