Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.babelio.com/couv/C_Tigre-tigre-_1750.jpeg

 

http://www.bricabook.fr/wp-content/uploads/2012/09/logochallenge2.png http://p0.storage.canalblog.com/09/53/953560/78286302_p.jpg

 

Quatrième de couverture

 

Par une belle journée d'été, Margaux Fragoso rencontre Peter Curran à la piscine de son quartier, et ils commencent à jouer. Elle a sept ans ; il en a cinquante et un? Quand Peter l'invite chez lui avec sa mère, la petite fille découvre un paradis pour enfant composé d'animaux exotiques et de jeux. Peter endosse alors progressivement , insidieusement, le rôe d'ami, puis de père, et d'amant. Charmeur et manipulateur, Peter s'insinue dans tous les apects de la vie de Margaux, et transforme l'enfant affectueuse  et vivre  en une adolescente torturée. Lyrique, profond et d'une limpidité hypnotique, "Tigre, tigre !" dépeint  d'une manière saisissante les forces opposées de l'emprise et de la mémoire, de l'aveu et du déni, et questionne nos capacités de guérison. Un récit extraordinaire qui dévoile de l'intérieur la pensée d'une jeune fille au bord de la chute libre.

Margaux Fragoso est née à Union Ciry dans le New Jersey en 1979. "Tigre, tigre ! est son histoire.

 

Avis et commentaires :

 

Livre relevé dans de nouvelles chroniques de blog avec des commentaires si diversifiés que je n'ai pas hésité longtemps avant de l'emprunter à la médiathèque.

 

Soyons clair d'office le sujet principal du témoignage de Margaux ; sa rencontre très jeune de Peter et leur couple, contre nature sur plus de quinze ans, est grave mais traité de manière claire pour bien faire comprendre aux lecteurs tout le schéma mis en place par Peter pour faire passer comme naturel une perversion qui ne l'est sûrement ; la pédophilie.

 

Le contexte de ce témoignage est celui de la famille de Margaux totalement désunie entre  un père violent, dur, une mère, dépressive grave entre tentatives de suicides et séjours plus ou moins longs en service psychiatrique et la narratrice, enfant perturbée, se sentant mal aimée et au tempérament plutôt associal et de l'autre côté une communauté plus qu'une famille foncièrement marquée par le laxisme des années hippies constituée par Peter, vivant totalement aux crochets de sa partenaire, Inés avec les garçons de celle-ci.

Margaux et sa mère, à la recherche d'un semblant de liberté vont peu à peu être séduites par ce cher Peter, à l'origine sorte de père idéal / copain et ainsi fréquenter assidûment cet espace de douceur. Peter, véritable pédophile, va gagner les faveurs des deux et abuser moralement puis plus directement de Margaux. Il va ainsi réussir en jouant sur tous les registres à faire admettre à Margaux que la relation amoureuse et sexuelle qu'ils vivent est naturelle et partagée. Quant à la mère de Margaux, de plus en plus déconnectée de la réalité, elle va briller par son absence alors que les faits et jeux se déroulent près d'elle.

 

Vie quotidienne de cette relation, soupçon des services sociaux, des enfants d'Inés et toujours le même jeu de l'attrait / répulsion, difficultés de vie sociale, sentiment de culpabilité, jeux parfois pervers,syndrome de Stockholm et heureusement pour la narratrice une certaine rédemption.

 

Beau style d'écriture, un livre témoignage puissant au coeur d'une Amérique qui se veut exemplaire mais dont on voit ici les limites.

 

 

Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :