Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tous mes remerciement à Livraddict et aux Editions Nil de m'avoir fait découvrir cet auteur et et ce livre.
Synopsis

Qu’est-ce qui différencie une intelligence supérieure d’une intelligence extraordinaire ? Dans un café de Puente Viejo, gros bourg endormi d’Argentine, deux adolescents disputent une partie d’échecs. L’un d’eux est Gustavo Roderer, nouveau venu dans la ville ; l’autre est le narrateur, champion d’échecs de la région. Contre toute attente, Roderer gagne. Sans plaisir apparent, avec ce commentaire : « Les échecs, c'était juste une expérience ; un modèle. A un petit niveau, bien sûr ». Ce mélange de mépris et d'indifférence restera fiché comme une flèche empoisonnée dans l'orgueil de son adversaire. S’établit pourtant entre les deux adolescents une relation singulière, dépourvue d’affection, où s’affrontent leurs intelligences. Le narrateur, brillant élève bien inséré dans la société, rencontre partout le succès. Enfermé chez lui, incapable d’aimer, Roderer est dévoré par sa quête obsessionnelle d’une philosophie radicalement nouvelle. L'un est contraint de partir pour la guerre des Malouines, l'autre tâte des drogues pour développer ses capacités. Quand l’un mène une vie amoureuse épanouie, l’autre est en butte à l’incompréhension de tous et réduit au chagrin la jeune fille qui l’aime. Mais lorsque le narrateur croit triompher intellectuellement de Roderer et tenir sa vengeance, il ne fait que précipiter vers la mort son ennemi le plus accompli. S’interrogeant sur une préoccupation vieille comme l’humanité, l’intelligence, Guillermo Martínez élabore un récit d’inspiration borgésienne, mélange subtil et dérangeant de romanesque et de métaphysique.

Avis et commentaires :

Dans un registre assez anachronique, Guillermo Martinez nous propose de découvrir un duel intellectuel de assez haut vol.  

Partagé en dix chapîtres assez courts, nous découvrons une histoire de compétition entre deux jeunes gens, tous deux argentins, Gustavo Roderer et le narrateur, tous deux assez brillants intellectuellement, passionné du jeu d'échec et de nature plutôt individualiste.

Pendant quelques semaines au lycée, une étrange complicité va se nouer entre eux deux alors qu'autour d'eux la vie estudiantine s'écoule de manière assez classique. Le narrateur voit ainsi arriver dans son village et son lycée de Puente Viejo, Gustavo Roderer jeune homme de belle prestance mais des plus mystérieux. Leur histoire commence par une partie d'échec durant laquelle, sans en avoir l'air, Gustavo va se montrer extrêmement brillant et d'une intelligence hors norme en battant le narrateur plutôt doué jusque là.

Au lycée, Gustavo Roderer va se remarquer par un total désintérêt des matières enseignées, ne s'y intéressant que lors de trop brefs moment ou ses professeurs sortent de leur cours pour aborder des éléments plus métaphysiques. Le reste du temps et au vu et au su du narrateur comme du reste de la classe, Gustavo est plongé dans des livres pointus et hors normes. Un tel comportement, une telle prestance intellectuelle et un tel sens du mystère ne manquent pas de passer inaperçu auprès des élèves et bien sûr des filles de l'établissement dont la propre soeur du narrateur. Pour autant Gustavo ne  s'en préoccupe guère, passant au delà de tout cela et quittant même le lycée de manière définitive après le suicide présumé (par anorexie) d'une des élèves, désespérée par son isolement et son désintérêt.

Nous rentrons alors dans la question centrale du livre en même temps que le narrateur qui va être le seul à pénétrer dans le quotidien de Gustavo et son unique quête ; penser et se questionner avec la mise en place d'une nouvelle philosophie inédite. C'est aussi la partie la plus ardue de ce roman et ce qui s'apparente le plus à de l'essai philosophique. Lors des échanges intellectuels des deux jeunes gens, sont mis au centre des questionnement des philosophes  les plus connus (Kant, Hegel) , la part du diable comme celle de Dieu comme des écrivains (Heinrich Holdein) que Gustavo considère comme des intellectuels étant passé à côté de l'essentiel de ce qui constitue la Vie. D'abord impressionné puis vexé par une telle culture et une telle pensée, le narrateur va se prendre au jeu et lors d'échanges successifs choisit, comme lui conseille Gustavo de s'orienter vers l'étude de la science des mathématiques avec la volonté secrète d'annihiler les réflexions et le travail de penseur qu'entretient Gustavo. 

Entre Gustavo le penseur cloîtré dans sa chambre bibliothèque, suscitant la désespoir de sa mère malade et l'incompréhension des autres, mais aussi le désespoir amoureux de la soeur du narrateur et ce dernier parti étudier les mathématiques s'engage une course effrénée contre le temps pour être le premier à ruiner ou compléter la pensée de l'autre dans sa quête d'un nouvel idéal philosophique.

 Le narrateur semble être le premier à arriver à ses fins par sa découverte et mise en pratique du théorème du mathématicien Seldon (prouvant ainsi que ce principe repose sur la nullité de toute philosophie ancienne et surtout future) mais alors qu'il effectue son service militaire, il va se trouver embrigadé dans la Guerre de Malouines et prisonnier retardant alors une victoire intellectuelle complète contre Gustavo. Ce dernier poursuit sa réflexion et un autre combat contre la maladie.

Au terme de ce roman / essai, les deux hommes semblent avoir tous les deux atteint leur but mais un dernier bouleversement interviendra...

Une écriture claire et concise mais il est vrai, parfois difficilement compréhensible par des non initiés philosophiques (comme votre serviteur), il n'empêche qu'on en sort probablement plus éclairé et enrichi culturellement.

Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost 0