Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Sqz7ad5aL._SL500_AA300_.jpg

 

 

Lu en partenariat avec

 

http://storage.canalblog.com/88/36/536764/66509567_p.pnget les Editions Taillandier link

 

Quatrième de couverture :

 

Au fil d'une histoire longue de plus d'un millénaire, cent-vingt doges ont activement contribué à la gloire de Venise. incarnation du pouvoir local, les doges ont façonné un système politique jalousé mais jamais égalé. Si tous n'ont pas pesé du même poids sur cette illustre République, quelques fortes personnalités l'ont porté au faîte de son prestige.

protégée par une situation géographique unique, sans cesse enrichie par ses trésors d'art et de culture, la Sérénissime a su nous laisser intact, grâce au génie de ses capitaines et de ses diplomates, l'empreinte rayonnante de sa civilisation.

Ce livre conte le destin extraordinaire de seize doges qui ont le plus marqué leur époque par leurs faits d'armes, leur habilité politique, leur ambition démesuré et leurs sombres complots. A travers le portrait de ces hommes hors du commun, c'est toute l'histoire de l'orgueilleuse République du lion qui est ici admirablement mise en lumière.

 

Avis et commentaires

 

Diable, rarement, il ne m' a été donné  de lire et découvrir une telle fresque historique aussi palpitante que Venise, paraît calme, quand on l'a découvre et la visite, comme j'ai pu le faire il y a quelques années.

 

D'une plume alerte et sachant entretenir le suspense, Amable De Fournoux nous permet de découvrir avec détails mais aussi sans fioriture excessive, son héroïne ; Venise. Faisant de la Sérinissime, un personnage exceptiionnel, à la fois acteur  et spectateurs, de l'histoire de l'Europe et de l'Orient  sur milles ans.

 

Réussir à discerner 15 des 120 doges qui se succédèrent à la tête de Venise est un exploit et ce récit vivant est un témoignage exceptionnel sur la Grande Histoire du monde. Chacun d'entre eux, nobles, riches terriens, ils devinrent les hommes qui firent évoluer cette cité d'une simple cité sur une lagune à une puissance navale, militaire, commerçante et diplomatique jusqu'à Bonaparte en précipite la fin de la prédominance .

 

Bâtisseurs, architectes militaires et naval, puissance commercante incontournable, devant se battre ou faire avec les peuples et cités les plus importantes (Rome, les francs, les Croisés, les Ottomans, Gène, Pise, Byzance), Venise sait à travers un pouvoir central fluctuant (népotisme, conseils aristocratiques) se rendre indispensable et quasiment toujours à son unique profit. Mixant avantageursement la religion chrétienne et une certaine laïcité, la cité / nation vécut une histoire pourtant sanglante (familles s'entretuant, conflits entre clans, incendie, peste) et sut aussi se montrer plus barbare que les barbares dans ses conquêtes, mise à sac (Byzance particulièrment), viol et assassinats en série.

 

Les anecdotes se multiplient, drolatiques pour certaines (le vol et le transfert  de la sépulture de Saint Marc), l'ingéniosité et aussi un brin de cruauté, tout est mis à profit pour devenir la première puissance maritime, guerrière et commerçante de la Méditérannée (Chypre, Corfou, Crète, Rhodes, Acre, Constantinople).

 

Eblouissant, d'une grande vivacité, scrupuleusement documenté, truffé de repères dans l'échelle du temps, ce récit conviendra particulièrment à tous les amateurs d'Histoire.

 

Merci aux Editions Tallandier et à News Book pour ce partenariat.

Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost 0