Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LaCoupureEW.jpg

      JE TIENS ICI A REMERCIER DELPHINE (http://mespetitesidees.wordpress.com/livres-voyageurs) LA LEGITIME PROPRIETAIRE DE CE LIVRE DE M AVOIR FAIT CONNAITRE MA PREMIERE EXPERIENCE DE LIVRE VOYAGEUR...

Quatrième de Couverture :

 

Janet est orpheline depuis l’âge de trois ans. Un homme de loi convoque un jour la jeune femme pour lui apprendre que sa mère vient de mourir et lui a légué un cottage en bord de mer. Méprisant soudain les crises d’épilepsie qui la saisissent depuis toujours et les conseils de l’homme qui partage sa vie, elle part seule vers le nord, aimantée par son héritage. Mais, sur la côte anglaise déchiquetée et battue par les flots, la maison n’est pas vide. Tom est là, qui attendait. Dans un conte à donner la chair de poule, Erica Wagner déploie, avec une maîtrise du suspense rare, une histoire sombre et charnelle où la mythologie celtique et la vie quotidienne entremêlées créent un monde obsédant. Sur les thèmes gothiques de la possession et des liens du sang, La Coupure est un roman puissament poétique et mystérieux jusqu’à la dernière page. Gothique et inoubliable.

“ Le roman d’Erica Wagner est une sombre et dérangeante descente dans le labyrinthe où les familles dissimulent leurs secrets et où l’on découvre que le plus grand mystère de tous est encore soi-même. Un conte magnifiquement narré, dont la complexité et l’originalité révèlent un écrivain de grand talent ”
Douglas Kennedy

isbn : 978-2-919174-01-0

Avis et commentaires :
Difficile de classifier ici ce livre dans une rubrique particulière ; la plus approchante serait peut-être celle de roman fantastique. Un livre où les voix se croisent entre récit, contes, voix pour lesquelles, il faut aller à la fin du livre pour les identifier et les accorder aux personnages du livre.
Fondamentalement, deux êtres qui ne se connaissent pas, au parcours de vie chaotique et aux origines indéfinies Tom et Janet mais dont les vies devaient se croiser, se heurter, s'aimer, se détruire ? pour remplir les cases manquantes de leurs origines. 
Le point commun entre les deux restent les relations passionelles ou troubles qu'ils entretiennent avec leur mère. Pour Janet, elle découvre que sa mère qu'elle croyait morte dans un accident de la circulation alors qu'elle était très jeune ne l'était que depuis peu et qu'elle lui laisse en héritage ; un maison en bord de mer avec une histoire plutôt sombre. Pour Tom, sa mère est partie, un jour, sans explication et il attend quelqu'un.
Janet va alors faire sa connaissance et ils vont se découvrir, échanger leurs souvenirs d'enfance sur fond d'intervention d'une mystérieuse conteuse et d'un homme qui parle d'une femme aimée et disparue.
Importance aussi de la nature et des décors dans lesquels ces deux personnages et leurs ascendants évoluent, le spectacle et l'étude des phoques vivant près de la maison établit une certaine métaphore avec ce couple improbable et profondément amoral.
La relation physique amoureuse engagée alors est lourde en sous entendus et heurte bien évidemment la morale classique, cela d'autant plus qu'au fur et à mesure des pages on commence à cerner leur histoire.
Au global une écriture de grande qualité, un vocabulaire recherché et chargé d'images fortes, un style néanmoins lourd et encombré qui m'a empêché de me concentrer sur la seule lecture de cet ouvrage. Je reconnais avoir été tenté d'abandonner cette lecture à plusieurs reprises et aussi être obligé de relire certains passages pour poursuivre ma lecture sereinement. 
Cette histoire est bâtie, néanmoins, sur une certaine mauvaise fascination de liens incestueux de l'auteur, sans baeucoup de réserve. Un livre étrange mais intéressant.
Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :