Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://ecx.images-amazon.com/images/I/4183CIX3RDL._SL500_AA300_.jpg

 

Quatrième de couverture

 

Le 7 décembre 1982,une jeune femme de vingt et un ans est sauvagement violée et assassinée dans la petite ville d'Ada, Oklaoma. L'enquête piètine malgré les indices qui semblent accuser un ami de lycée avec qui elle a été vue le soir du meurtre. Cinq ans plus tard, c'est un ancien joueur de base ball, devenu alcoolique, Ron Williamson, qui est arrêté et condamné à mort au terme d'une mascarade de proçès. Après douze ans passés dans le couloir de la mort, il sera finalement innocenté.

 

Avis et commentaires :

 

.Redoutable, même si ce livre est vraiment trop long, réquisitoire sur le système policier et judiciaire américain et sur sa faillite. 

 

A travers le récit de deux affaires criminelles de la ville d'Ada particulièrement sordides, John Grisham fait la démonstration que face à la volonté combinée de la police et d'un procureur de désigner les coupables qu'ils souhaitent et sans aucune preuve, par la manipulation de témoins, la délation qu'ils encouragent auprès de mouchards en échange de services ou d'allègements de peines, l'homme le plus innocent n'a aucun recours et se voit facilement envoyé dans le couloir de la mort.

 

C'est le cas de Ron Williamson, certes alcoolique et violent, qui à l'issue de ses excès de boissons et de drogues va voir la carrière de joueur de base Ball vedette auquel il aspire être réduite à néant. Psychologiquement faible, persuadé que tout se ligue contre lui et persuadé de son talent exceptionnel de joueur, il va se détruire et anéantir tous les espoirs et le soutien de ses parents et de ses sœurs en alternant les phases d'extrême volontarisme à celle de profondes dépressions et en cédant à ses démons.

L'homme n'est pas recommandable mais alors qu'un simple suivi psychologique et des soins appropriés lui donneraient le ressort indispensable et que le seul diagnostic de son état mental suffirait à le disculper, c'est parce que le procureur et les policiers en charge de l'enquête ont décidé qu'il serait leur coupable et cela sans aucune preuve matérielle l'attestant qu'il sera condamné à mort avant un ultime rebondissement.

Ces mêmes hommes de loi et de justice présumé ont agi de même dans le cadre d'une autre affaire criminelle et ainsi monter de toute pièce un autre dossier sur Tommy Ward, par la pression et l'affabulation, en l'absence de corps et encore une fois de preuves matérielles parce qu'ils avaient besoin de résultat. Là encore la peine capitale à la clé.

 

John Grisham nous fait entrer de plein pied dans les prétoires, les mensonges, le système judiciaire et policer américain pour en montrer ses failles comme ses ressource set recours et se dresser comme  le procureur de cet ensemble.

Ecrit comme un polar, sachant faire durer le suspense mais, hélas,  ne nous évitant pas pour autant les longueurs, ce gros livre m'a plu néanmoins. Il faut persévérer pour aller au bout du bout.

 

 

 

 

Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost 0