Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://myboox.f6m.fr/images/livres/reference/0017/16/eux-sur-la-photo-helene-gestern-9782869599512.gif

 

http://p4.storage.canalblog.com/44/50/953560/82653997_p.jpg

http://interce69.net/modules/kameleon/upload/Px_Litt_2013_copie.jpg

 

Livre dont les critiques positives étaient tellement nombreuses que j'ai voulu le découvrir par ailleurs. Ce livre fait aussi partie de ceux nommés pour "l'attribution du Prix Littéraire des Inter - CE et des lecteurs angevins - Sélection 2013"

 

Quatrième de couverture :

 

Une petite annonce dans un journal commeune bouteille à la mer :  Hélène cherchela vérité sur sa mère, morte lorsqu'elle avait trois ans. Son seul indice : deux noms sur une photographie retrouvée dans des papiers de famille. Une réponse arrive : Stéphane a reconnu son père.

Commence alors une longue correspondance, parsemée de détails, d'abord ténus puis plus troublants.Patiemment, Hélène et Stéphane remontent le temps, dépouillant des archives et cherchant dans leur mémoire. Peu à peu, les histoires se recoupent, se répondent, formant un récit différent de ce qu'on leur avait dit.

Avec "Eux sur la photo" Hélène Gestern nous livre une magnifique réflexion sur le secret de famille et la mémoire particulière que fixe la photographie.

Hélène Gestern vit et travaille à Nancy. "Eux sur la photo" est son premier roman.

 

Avis et commentaires :

 

Décidément les relations épistolaires en littérature me déçoivent rarement, ce livre toute en senibilité m'a emballé alors qu'il s'agit d'un premier roman, je crois.

 

Dans la droite ligne d'une autre de mes belles lectures passées ("Le secret" de Grimbert, pour ne pas le cacher), voici "Eux sur la Photo" où la lente, difficile et belle quète de des origines entre deux êtres qui ne se connaissaient pas au début de leurs échanges.

Il a suffi d'une seule photo de famille pour qu'Hélène Hivert, dans ses interrogations sur sa mère trop tôt disparue, alors qu'elle n'était qu'une enfant, et alors que son père et la seconde femme de celui-ci ont toujours esquivé ses interrogations, lance un cycle épistolaire avec Stéphane Crüsten pour que chacun mette en place les pièces d'un puzzle fait d'archîves, de photos, de témoignages de proches et de disparus.

 

Roman choral donc mené comme une enquète policière, des portes s'ouvrent, les descriptions des photos de famille sont faîtes avec un vrai talent, des mystères sont éclaircis et des blessures aussi, entre ses deux êtres qui vont ainsi s'apprivoiser, se soutenir, tenter de comprendre.

 

Belle écriture sensible, roman qui se lit d'une traite sans fatigue et avec plaisir.

 

 

Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :