Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Blog-O-Book

Un grand merci à B.O.B et aux Editions Best Sellers / Robert Laffont pour m'avoir fait découvrir ce livre et cet auteur dans un registre qui me paraissait inhabituel chez cet auteur pour moi.

Editeur : Robert Laffont
Nombre de pages : 293 pages
4ème de couverture :

Un avocat frustré détourne des dommages-intérêts de ses clients ; un arnaqueur se prétend en partie amérindien pour ouvrir un casino ; un surveillant dans une maison de retraite manipule les patients et le personnel ; trois hommes partis en virée pour faire un don de sang s'arrêtent dans un club de strip-tease et finissent en prison ; la famille d'un homosexuel blanc atteint du sida demande à une vieille femme noire de le soigner jusqu'à sa mort... Dans un de ses livres les plus personnels, John Grisham nous emmène au coeur du comté du Mississippi où se déroulait déjà l'intrigue de son premier roman, Non coupable. Le sud des Etats-Unis et ses petites villes enclavées offrent, bien plus qu'un décor, un climat, un fil conducteur et constituent presque un personnage à part entière. Tantôt captivantes, tantôt émouvantes, ces Chroniques de Ford County décrivent les destins ordinaires ou extraordinaires de personnages qui se révèlent étonnamment proches de nous : leurs sentiments et leurs faiblesses, brossés avec justesse et souvent beaucoup d'humour, sont universels. Au détour d'une histoire, au creux d'un portrait, on découvre, s'il en était encore besoin, le talent de conteur de John Grisham.

Avis et commentaires :

En m'engageant sur ce partenariat, je voulais en finir avec la malédiction qui courrait sur cet auteur, dont j'avais lu deux de ses livres "La Firme" et "L'Infiltré" et en était sorti plutôt déçu, tant les ficelles étaient grosses et la fin prévisible. Je peux dire que maintenant avec ce livre j'ai enfin apprécié cet auteur.

Ce recueil de 7 histoires a été pour moi un vrai plaisir, parce qu'elles étaient différentes les unes des autres et que ce type de récit court me semble mieux convenir à cet auteur, qui, devant le pari de réunir sept histoires dans un même livre, a été obligé de se libérer des lourdeurs et longueurs habituelles de ses thrillers et donc d'alterner brièveté, originalité et suspense. Il a su trouver un style ciselé, clair, sans fioriture ni détails excessifs.

Pour le détail, on retrouve néanmoins ses thèmes favoris ; un système judiciaire américain plutôt pourri, des anti héros, le racisme, l'esprit très conservateur des états du sud, des avocats véreux, l'exploitation des minorités américaines (indiens, noirs, malade du sida) et l'hypocrisie d'une certaine bourgeoisie...

Quelques mots sur chaque histoire à découvrir avec jubilation :

- "Collecte Sanglante" où pour moi "les culs terreux" en vadrouille à Memphis ou comment vouloir donner son sang et le perdre ainsi que sa liberté. Une descente aux enfers de personnages peu moraux.

- "Dernier trajet", la dernière balade d'une famille marquée par la violence pour assister à l'exécution du plus jeune des frères, le plus roublard et menteur toujours dans l'espoir d'une grâce du gouverneur. Bribes sinistre de vie d'une famille moyenne américaine.

- "Dossiers poisseux" ; chronique d'un avocat marron en échec professionnel, marital qui a la chance de recevoir une offre en or lui permettant de tout quitter sans souci. Escroc de fait, la chance sourit vraiment aux crapules. Nouvelle illustration des failles du système judiciaire américain. Mais la scène du dernier repas chez sa belle famille est probablement le rêve de quelques uns d'entre nous...

- "Casino"  ou un escroc patenté se retrouve floué par un autre, la vengeance d'un homme falot, quitté par sa femme pour cet escroc mais cela au détriment du peuple indien, donon utilise la crédibilité.

- "Huit ans après", peut être la plus morale des histoires mais qui met encore en évidence le scandale d'un système judiciaire où les plus malins et les plus argentés s'en sortent au détriment de la vraie justice. Un avocat à l'origine d'une erreur judiciaire au détriment d'un enfant gravement handicapé sans le sou et dans une famille désargentée, va être enlevé par ses victimes pour une certaine forme de procès et qui va se retrouver dans une panique monstre. Un juste retour des choses.

- "Havre de paix", nouveau cadre pour encore une fois démonter le système judiciaire américain en prouvant et démontant un autre aspect négatif de nos sociétés modernes ; le mauvais  traitement des personnes âgées dans les maisons de retraite. Un spécialiste des escroqueries aux grosses sociétés propriétaires de maisons de retraite poursuit une carrière de détrousseur des plus fortunés des résidents et maître chanteur avec la complicité d'un avocat véreux profitant des failles du système judiciaire.

-"Un garçon pas comme les autres" enfin et probablement la plus terrible des histoires et la plus triste. En ligne de mire deux ségrégations démontées ; celle des homosexuels malade du Sida aux débuts médiatiques de ce fléau et celles des noirs. Ou comment dans un petite ville bourgeoise du sud des USA l'arrivée d'un de ses enfants (issu d'une famille riche) pour y mourir du Sida va provoquer les plus folles rumeurs et la mise en avant d'un comportement de peur irraisonnée et le cantonner dans le quartier de toutes les ségrégations ; le quartier noir. Démonstration aussi d'un moralité chrétienne des plus discutables.

Une belle lecture.


Tag(s) : #Mes critiques de livre lus

Partager cet article

Repost 0