Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Nouvelle lecture en cette saison, merci au 68 Premières Fois pour cette découverte, qui, en ce qui me concerne est la première grosse déception du moment.

Quatrième de couverture / Résumé Editeur :

Quelque part entre la banlieue et la campagne, là où leurs parents avant eux ont grandi, Jonas et ses amis tuent le temps. Ils fument, ils jouent aux cartes, ils font pousser de l’herbe dans le jardin, et quand ils sortent, c'est pour constater ce qui les éloigne des autres.

Dans cet univers à cheval entre deux mondes, où tout semble voué à la répétition du même, leur fief, c’est le langage, son usage et son accès, qu’il soit porté par Lahuiss quand il interprète le Candide de Voltaire et explique aux autres comment parler aux filles pour les séduire, par Poto quand il rappe ou invective ses amis, par Ixe et ses sublimes fautes d’orthographe. Ce qui est en jeu, c’est la montée progressive d’une poésie de l’existence dans un monde sans horizon.

Au fil de ce roman écrit au cordeau, une gravité se dégage, une beauté qu’on extirpe du tragique ordinaire, à travers une voix neuve, celle de l’auteur de Fief.

Avis et comentaires :

A l'image de mon introduction, cette lecture fut, pour moi un véritable calvaire pour aller à son terme.

Je le regrette mais l'évocation de l'univers banlieues/ boxe/ drogue/ drague et même copains, ici, est sûrement très réaliste mais pour moi c'est un livre sans Histoire ni nouveautés. J'ai eu l'impression qu avec cet énième récit, je relisais le millième témoignage d'un succession de faits divers dont les journaux nous abreuvent plus ou moins régulièrement mais pour le reste pas un moment d'âme de cette communauté, pas un personnage à qui s'attacher. Un récit décousu, un vocabulaire, hélas trop commun et à la limite du franchement vulgaire. Quelques pages échappent à ces regrets (les souvenirs de la plus petite enfance, les digressions comico - philosophiques, certaines réparties) mais pour moi tout cela est trop long au global.

Je ne remets, naturellement pas en cause l'écriture et l'auteur mais ce livre n'était probablement pas pour moi.

Tag(s) : #68premieresfois

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :