Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cette session des 68 Premières Fois, en plus de premiers livres, nous permet de revisiter des grands classiques signalés et aimés par les primo auteur(e)s que nous avions découverts les sessions précédentes. Avec "L'attrape-coeurs" de J.D Salinger, en un certain écho de Kerouac, qui fera l'objet d'une prochaine chronique, c'est pour moi le cas de me plonger dans ses classiques lus partiellement ou justes feuilletés, il y a quelques années.

Quatrième de couverture :

"Un gars de l'Ouest, de la race solaire, tel était Dean. Ma tante avait beau me mettre en garde contre les histoires que j'aurais avec lui, j'allais entendrenl'appel d'une vie neuve, voir un horizon neuf, me fier à tout çà en pleine jeunesse ; et si je devais avoir quelques ennuis, si même Dean devait ne plus vouloir de moi pour copain et me laisser tomber, comme il le ferait plus tard, crevant de faim sur un trottoir ou sur un lit d'hôpital, qu'est-ce-que cela pouvait me foutre ?.... Quelque part sur le chemin je savais qu'il y aurait des filles, des visions, tout, quoi ; quelque part sur le chemin on me tendrait la perle rare."

Le livre clé de la "beat generation", par son chef de file Jack Kerouac.

Avis et commentaires :

Premier constat et conseil ; pour tout lectrice ou lecteur qui se jetterait dans ce récit, prenez un crayon .... établissez une fiche alphabétique des nombreux personnages de cette fresque et une carte précise des USA et de ses états ou villes majeurs sinon vous êtes perdus. Prenez beaucoup de patience.... J'avoue que pour ma part, il m'a été totalement impossible de lire ce récit d'une traite et je me suis battu avec moi-même pour ne pas passer outre de nombreuses pages tant ce style narratif et la retranscription des dialogues ne sont pas de mon goût habituel. Je peux dire que je suis fier de moi d'être allé au bout de ce livre, parce que cela ne m'a pas du tout emballé.

En faire une critique est pour moi un exercice difficile et fastidieux... pour faire court nous passons plus de 430 pages à suivre un duo principal ; le narrateur Jack Kerouac sous son nom de livresque Sal Paradise et son idole (gourou ?) Dean Moriarty (alias Neal Cassidy dans la vrai vie) à travers les USA (en long, large et travers) le plus souvent  à pied, en auto - stop ou en partage de voiture squattant çà et là, chapardant, copulant, buvant (beaucoup), fumant (et pas de l Eucalyptus). Des complices récurrents avec des vies compliquées de désoeuvrés, des relations multi conjugales ou pas, les accompagnent ou les abritent de temps à autre et tout ce petit monde parle de musique (jazz), de joints, de quelques livres et surtout s'écoute .... toutes et tous plus ou moins membres de la simili secte du gourou Dean.... Certes quelques évocations de villes ou états américains avec leur spécificité, idem pour les travailleurs quotidiens, saisonniers dans des jobs (déjà) précaires.... bon reflet de l'époque mais tout cela reste trop rare.

A la clotûre de ce livre, j'avoue rester sceptique sur l'intérêt de ce long, beaucoup trop long récit, symbole d'une génération ?

Tag(s) : #68premieresfois

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :