Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et voilà nouvelle lecture dans le cadre des 68 Premières Fois et un grand merci de m'avoir enfin inciter à le découvrir....

Quatrième de couverture :

Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort.

Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au coeur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux Etats Unis - a connu un tel succès. Mais comment est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C'est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l'enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette hsitoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le Prix Pulitzer en 1961, "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur " s'est vendu à plus de 30 millions d'exemplaires dans le monde entier.

Avis et commentaires :

Quel talent, quel coup de maître, réussir un roman d'apprentissage, une description de la société américaine dans une petite ville, des failles du système judiciaire, social  et le racisme, ce dernier qui perdure encore de nos jours dans une grande majorité de l'esprit des américains....

C'est en suivant le récit de la jeune Scout de ses aventures de jeunesse avec son frère et son copain que nous sommes plongés dans ce récit d'une ville où bonnes manières, religion, blancs aisés, classes les plus basses et la population noire tentent de vivre, de suivre ses propres règles mais de ne surtout pas bouleverser cet unique équilibre injuste.

Entre petites espiègleries enfantines, rivalités des voisins, peurs irrationnelles, Atticus Finch, homme seul mais respectacle et moral tente de gérer et d'élever au mieux Scout, fille manquée et narratrice, et son frère ainé Jem face aux rigueurs de la société locale, de sa soeur aux idées bien arrêtées. Cet homme, présenté comme effacé, Scout et Jem vont apprendre à le connaître, à découvrir ses talents et à apprécier son sens de la justice. Si une grande partie de ce livre se veut récit d'une certaine jeunesse de la "middle et white class" américaine surtout blanche... c'est aussi un brillant traité sur l'inégalité des chances quand on n'est pas blanc devant les hommes et la justice. Système juridique corrompu et vicié mais où même si la cause est entendue et perdue, un homme doit être défendu.

Eblouissant, brillant, un peu de longueur au début... mais dont on ne peut pas ne pas être porté à en terminer la lecture.

Dès que possible, le livre est dans ma PAL....la suite supposée de ce récit.

Tag(s) : #69premieresfois

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :