Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voilà un livre que l'on peut difficilement categoriser....mais qui garantit une belle évasion au coeur de Londres.

Quatrième de couverture :

La liberté est une chose précieuse.
Londres, 1850. L'Exposition universelle va bientôt ouvrir ses portes dans le tout nouveau Crystal Palace, et les badauds se pressent pour venir admirer cette merveille. Parmi eux, Iris, modeste employée dans un magasin de poupées, à la beauté mâtinée de difformité, qui rêve de devenir artiste peintre. Et puis il y a Silas, taxidermiste amateur de macabre et de curiosités, désireux d'y exposer ses créatures. Ces deux-là se croisent, et leurs destins en seront à jamais bouleversés. Iris accepte bientôt de poser pour Louis Frost, un jeune peintre préraphaélite. Avec lui, le champ des possibles s'élargit, et le modèle, avide de liberté, découvre peu à peu l'art et l'amour. Mais c'est compter sans Silas, qui rôde non loin de là, tapi dans l'ombre, et n'a qu'une idée : faire sienne celle qui occupe toutes ses pensées, jusqu'à l'obsession...

Campée dans un Londres à la Dickens, La Fabrique de poupées met en scène la détermination d'une femme à s'affranchir de sa condition. C'est aussi un conte cruel, raffiné et résolument moderne, au suspense maîtrisé, qui explore avec une précision chirurgicale les frontières entre l'amour, le désir et la possession.

Avis et commentaires :

Un premier livre pour cette auteure très riche en idées avec une thématique assez originale.

Une plongée dans le Londres de l'Exposition Universelle de 1850 où les destins de 6 personnages va s'entrecroiser, se révêler heureux, tragique et étonnant. C'est sous les auspices de cette manifestation que les soeurs Iris et Rose, Albie l'équivalent du gavroche londonien et sa soeur, Silas le sombre taxidermiste et Louis le jeune peintre vont entrainer le lecteur dans les couches sociales éclectiques de ce Londres, très proche de celui si bien rendu par Charles Dickens...

Pour Iris et Rose, toutes les deux marquées par des difformités physiques, prêtées par leur parent à l'horrible Mme Salter pour faire des costumes de poupées, c'est une vie assez sordide uniquement rythmée par les nuits où Iris peint en cachette au grand dam de sa soeur fusionnelle à l'extrême. C'est Albie, jeune garçon débrouillard qui tente de survivre et de sortir sa jeune soeur de sa condition de prostituée, par de petits vols et trafics qui va mettre, bien involontairement , en relation un de ses clients réguliers, le taxidermiste Silas bien peu fréquentable, Iris et le jeune peintre Louis à la recherche d'une modèle.

L'intrigue et l'histoire vont alors s'emballer et le lecteur va découvrir les parts les plus intimes de chacun des personnages ; une passion pour la peinture pour Iris qui devient une relation passionnelle et va faire d'elle une peintre plus chevronnée, un taxidermiste qui va faire d'elle une fixation allant jusqu'au pire extrémité, des secrets peu avouables , des conflits entre les deux soeurs. Bref tout cela donne une belle intrigue aux rouages de qualité.

Couleurs, sentiments, suspense, rebondissement....on en viendra même à avoir une suite à ce récit. Belle plume et maturité pour cette auteure dont c'est le premier livre.

Tag(s) : #lemoisanglais

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :