Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Troisème livre de cette sélection des 68 Premières Fois de Septembre 2019, merci de cette découverte. Merci aux Editions Albin Michel.

Quatrième de couverture :

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires.
Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

Avis et commentaires :

Une grande jubilation à la lecture de ce fantastique roman pour sa qualité de témoignage et d'écriture. 

Un récit poignant de ces femmes et de leur condition sous le joug d'une société machiste ségrégationniste et le visage le plus détestable de la médecine et de ce "bon" docteur Charcot. Parce qu'une femme ne peut être dôtée d'intelligence voîre d'humanité, toutes celles qui ne rentrent pas dans le moule de l'obeïssance et du respect comme de la soumission à l'homme (le père, le frère, le mari, le proxénète...) ou dont les crises d'épilepsie, les dérêglements purement organiques mais aussi celles qui ont été victimes de viol, de maltraitance comme celles qui n'ont eu d'autres alternatives de se vendre pour vivre ou faire vivre leurs enfants sont enfermées à la Salpétrière. Objets de traitements barbares, d'exhibitions douteuses devant les médecins voîre de simples attractions pour la bonne société parisienne lors de leur bal  de mi-carême, cette communauté de femmes (jeunes et vieilles) tente d'avoir une vie "sociale" entre elles mais sous le joug d'infirmières ou de médecins tordus pour certains, en n'ayant aucun espoir de sortir un jour de cet enfer.

Ce décor est repris avec talent mais aussi crûment pour faire partager à ses lecteurs les destins croisés de 4 femmes ; Louise (une adolescente abusée par son oncle puis par un interne dans les locaux de la Salpétrière), Eugénie culitvée mais indépendante (issue de la meilleure des classes mais dont les qualités spirites sont jugées diaboliques par son père qui la fait enfermer), Thérèse (une ancienne prostituée qui ne peut plus vivre à l'extérieur de la Salpêtrière) et Geneviève l'infirmière pourtant au coeur de ce système hospitalier carcéral et injuste). Les marionnettes, les manipulateurs, le décor sordide, tout est en place en mode cousu main pour ne faire qu'un livre d'une grande qualité esthétique et sensible.

Les failles de chacune, leur histoire, une certaine humanité, des destins opposés, une force de caractère particulière....tout cela Victoria Mas le met en scène avec brio, justesse et sans excès de sensiblerie dans un premier roman. Exploit réel que de faire partager cela à son lectorat, une plume à suivre sans contexte.

Tag(s) : #68premièresfois, #challenge1%rentréelittéraire, #nicolegrundliger, #victoriamas, #albinmichel

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :