Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur totalement inconnu pour moi, l'occasion de le découvrir avec Babelio dans le cadre d'une de ses opérations "Masse Critique" Spécial Policiers.Merci à ce forum et à la maison d'éditions Les Roses Noires dans sa collection "Bellesétrangères" pour son envoi.

Quatrième de couverture :

Athènes 1953. Le financier Kostas Floras est accusé de l'assasinat du peintre Nassos Karnézis, trouvé mort dans un appartement de Kolonaki, le quartier chic du centre d'Athènes. Dimitris, fils du premier mariage de Kostas Floras, est persuadé de l'innocence de son père. Avec deux amis, un journaliste et un député, il se met à la recherche du meurtrier. Les premiers soupçons tombent sur Myrto, la fille d'un commandant de bateau livré aux Allemands pendant l'occupation par le peintre dont on découvre le sombre passé. La maîtresse de Karnézis est trouvée morte à son tour. Dimitris, puis Myrto sont en danger. Heureusement, le commissaire Békas mène l'enquête.

Avis et commentaires :

Premier tome de cet écrivain/journaliste, mort en 1979, autour de la personnalité du commissaire Békas, qui en comptera de nombreux autres. Le style en date un peu donc et l'ensemble est d'une tournure comme d'une fin classique.

Pour le lecteur, il s'agit d'une histoire qui se lit relativement facilement, même si parfois on peut en regretter certaines longueurs et quelques difficultés avec les noms et prénoms des principaux personnages de cette enquête. Un fils, d'un premier mariage, revient à Athènes avec la seule intuition que les faits reprochés à son père sont impossibles et va donc tenter de refaire l'enquête autour du meurtre d'un peintre à la mode, gros amateurs de femmes et fortuné dont on peut penser qu'il s'agit d'un personnage lisse, victime d'un crime passionnel...

Toute la trame de ce roman policier, aux rouages assez approchants d'une Agatha Christie ou d'un Georges Simenon(sans en égaler la richesse), repose donc sur la quête de Dimitris, jeune homme assez maladroit, avec des alliés de circonstances à reprendre toute l'enquête et à démonter les conclusions officielles et bâclées de la police. Les invraisemblances apparaissent au fur et à mesure qu'ils élargissent à d'autres personnes ayant eu intérêt à la mort du peintre, amenant du reste toute une série de nouvelles morts violentes autour d'eux.Cela va donc amener à remonter dans le passé de Karnézis et à mettre à jour la partie noire de ce dernier, multipliant ainsi les possibles meurtriers. Par sa jeunesse, ses erreurs de jugement, les meurtres en série qui se produisent et qu'il provoque par ses maladresses et un caractère un peu trop indépendant, la nécessité de recruter le vrai héros, à venir, des romans policiers de Yannis Maris, le commissaire Békas s'impose.....

Une trame classique, trop peu d'éléments en rapport avec Athènes et  la société grecque (comme on peut le voir dans les polars type Brunetti avec Venise), cette enquête pourrait être faite n'importe où, certaines invraisemblances dans les rebondissements et des personnages esquissés font de ce livre un moment sympathique de lecture d'été par exemple, mais le genre tel qu'il se présente, ici, possède un côté un peu suranné et largement dépassé par les polars et les auteurs plus modernes du moment.

Cela mériterait néanmoins de lire l'un ou l'autre des épisodes suivants pour se faire une bonne idée.

 

 

 

Tag(s) : #Masse Critique Babelio

Partager cet article

Repost 0