Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

"Ecoute Ma parole : l' Eternel Crépuscule cachera le soleil, étouffera les plantes et changera les hommes en bêtes, car Aska, le Dieu de la Nuit, ne tolère d'autres enfants que les siens"

Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raison d'en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aieux. Car depuis la chute du glorieux Empire d'Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.

Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l'intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l'espoir de tout un peuple.

Avis et commentaires :

Un monde terrifiant s'ouvre devant le lecteur qui se lance dans une lecture aussi trépidante que rythmée. Applaudissons d'ores et déjà cette faculté à créer tout un univers où évoluent des mondes, des personnages sous le joug des passions, des intérêts, de la conquête pour les plus nobles et de la déchéance et des abominations chez les plus pauvres, simples jouets malfaisants au coeur d'une querelle de famille divine ; celle d'Anka le malfaisant et de Wer l'omniscient.

C'est au milieu de ce vaste champs de ruines et de combats que les différents membres du Conseil de Régence vont tenter de prendre l'avantage et d'unifier à leur seul gloire et puissance les différentes provinces de ce qui fut l'empire d'Asrethia. Un roi dégénéré, son épouse étrangère et femme qui tente de sauvegarder ce qui peut l'être, des conseillers aussi belliqueux que concurrents, rien de tel pour que chacun croit manipuler et combattre l'autre alors qu'ils ne sont que des jouets entre les dieux rivaux.

Seule Mériane, jeune trappeuse et paria et son ami Daren semblent se distinguer d'un monde bien sombre et dépourvu de toute humanité et humanisme, sans doute par leur grande naïveté et une certaine pureté. C'est Mériane que Wer va choisir pour reconquérir les humains alors même que son clergé et ses représentants bornés ont échoué et rejeter ce choix d'une femme.... Mériane va, telle Jeanne d'Arc, devoir s'imposer, surmonter sa propre mécréance, sa volonté d'indépendance et dompter son caractère bien trempé pour se lancer dans une croisade d'une certaine manière et mettre tout ces personnages et dieux d'accord pour sauver l'humanité. Pour cela elle ne peut compter que sur Daren et s'allier avec celui qui est son exact opposé, Léopol, soldat -templier de Wer dont il attendait qu'il le choisisse comme Hérault. Les scènes de batailles entre les enfants d'Aska et les troupes de ce qui se veulent être les derniers défenseurs de Wer sont tout simplement, sans mauvais jeux de mots, homériques. La psychologie des personnages principaux, leurs attentes et leurs doutes existentiels ou interrogations est exceptionnellement bien rendues.

Ce premier tome très épais se lit, néanmoins, très bien, les descriptions sont précises sans excès, le rythme est soutenu, le lecteur aura peut-être tout intérêt à dresser une fiche de personnages pour bien en saisir l'arcane. Les passerelles se multiplient et on ne peut qu'imaginer qu'elles se prolongeront naturellement dans les deux derniers volumes de cette trilogie. Inutile de dire que je les attends avec grande impatience.

Et bien voilà, sans l'avoir calculé, j'ai retrouvé ici, aussi, dans ce premier tome, quelques-unes des clés qui complètent ma lecture de "Port D'âmes" et surtout je me suis régalé à nouveau.

 

Tag(s) : #Le mois de juin 2017 est celui de Lionel Davoust chez Book En Stock

Partager cet article

Repost 0