Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un registre un peu différent des derniers ouvrages lus grâce et dans le cadre des 68 Premières Fois. Merci à ces partageuses de cette opération et aux Editions Préludes.

Quatrième de couverture :

Deux jeunes filles réunies à travers les siècles par une mystérieuse partition. Deux coeurs passionnés de musique et de liberté. Une ville, Venise, du temps de Vivaldi et aujourd'hui.

A 17 ans, Lionella, d'origine italienne, ne vit que pour le violoncelle, ce qui la distingue des autres adolescents de Seraing, la ville où elle habite en Belgique. Elle pense toutefois à trouver le morceau qui la démarquerait au prochain grand concours Arpèges. Jusqu'au jour où son meilleur ami lui apporte un coffret en métal, déniché dans une brocante. Lionella y découvre un journal intime, une médaille coupée et ...une partition qui ressemble étrangement à une sonate de Vivaldi. Elle plonge alors dans le destin d'Ada, jeune orpheline du XVIII ème siècle, pensionnaire de l'Ospedale della Pietà, à Venise, dans lequel "le prêtre roux", Antonio Vivaldi, enseignait la musique à des âmes dévouées.

Entremêlant les époques avec brio, ce premier roman vibrant nous fait voyager à travers la Sérénissime, rencontrer l'un des plus grands compositeurs de musique baroque, et rend hommage poignant à ces orphelines musiciennes, virtuoses et très réputées au XVIII ème siècle, mais enfermées pour toujours dans l'anonymat.

Avis et commentaires :

Jouissif, historique, musicologique, cette fiction est celle du récit du destin croisé d'une jeune orpheline formée par Vivaldi et d'une histoire d'amitié entre une jeune violoncelliste, sortant de son anonymat une partition musicale aux caractéristiques si proches des oeuvres de Vivaldi et de son ami chineur dans une Belgique minière actuelle sinistrée.

C'est fort documentée que la narratrice nous fait partager une pratique, que pour ma part j'ignorais, celle de ces monastères qui recueillaient des orphelines et qui pour les plus chanceuses et douées en musiques ou chants pouvaient suivre l'enseignement des maîtres tel Vivaldi (accessoirement et de manière plus lamentable fournir les partitions que celui-ci attribuerait à son seul talent). Ainsi le parcours de celle qui est au coeur de ce récit, la jeune Ada est retracé par la narratrice et les recherches de Lionella quelques siècles plus tard. Sombre destin animé par deux seuls épisodes heureux ; les cours de Vivaldi, alors abbé, et la rencontre amoureuse, hélas à sens unique, d'un jeune noble dont elle espérait tant qu'il la sorte de sa condition. Abusée, perdue dans l'oubli, qui pourrait rendre mieux honneur et venger  Ada si ce n'est Lionella ....à plusieurs siècles de distance.

Parcourant avec aisance et bonheur les rues de Venise de ce XVIII ième siècle, ses festivités et sa spécificité de ville d'arts et de destins amoureux aussi bien que les rues noires de la ville industrielle décrépite et en perdition, le lecteur se laisse transporter dans ces récits de vie et sur fond de musique, de belles rencontres et d'évasion.

 

Tag(s) : #Les 68 premières fois

Partager cet article

Repost 0