Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelle lecture grâce aux Editions Denoël que je remercie.

Quatrième de couverture (extrait) :

Née en Angleterre en 1965, Marie-Amélie d'Orléans, princesse de France, épouse en 1886 l'héritier du trône portugais, don Carlos de Bragance. A l'âge de quarante - trois ans, elle est foudroyée par le double assassinat de son mari et de son fils aîné. Impuissant à conjurer la révolution de 1910, elle est contrainte à l'exil, en Angleterre puis à Versailles, où elle s'éteindra en 1951 à quatre - vingt - six ans....... cette femme aura connu toutes les vicissitudes d'une existence romanesque. A partir de la correspondance et du journal intime de la reine Amélie, documents inédits appartenant aux archives de la Maison de France, Stéphane Bern a imaginé ses Mémoires, reflet fidèle d'une figure  méconnue de l'Histoire Contemporaine.....

Avis et commentaires :

Un livre à la fois chroniques d'une époque, d'une classe sociale, mêlant Histoire, petites histoires et comme dans ses émissions une grande culture et une certaine pédanterie. Voilà un personnage historique bien étonnant et si méconnu, réussir à s'approprier son destin en rédigeant ses mémoires sur la seule base de lettres, de témoignages à la première personne ce n'est pas rien.

Stéphane Bern réussit à nous rendre sympathique une classe (celles des têtes couronnées) qui n'était pas des plus proches du commun des mortels. On prend bien acte des turpitudes (plutôt légères) des mariages, unions et volonté de reprendre les cours de la grande Histoire des Royaumes Européens mais aussi d'un siècle meurtrier pour ses Grands. Je n'ai pas pu le lire d'une traite par la multiplication des personnages, des liens de sang, des hiérarchies des cours européennes, la nécessité de souffler et de prendre des notes ont été indispensables.

Mais Amélie, reine de Portugal, reste un être dont les destins ont été multiples et dont on perçoit bien les failles, à la fois une grande romantique, une mère poule, un monarque au pouvoir par la force des choses, une victime de la violence de l'époque et qui en une journée va perdre son mari, certes moins fidèle et amoureux qu'au départ mais qu'elle a vraiment aimé et son fils aîné chéri. Se voyant ainsi propulsée pour un rôle de régente et de monarque dirigeant pour laquelle elle n'était pas destinée ni formée à cela et puis perdre son trône.

Stéphane Bern veut se faire ici l'avocat d'une reine trop méconnue, proche de ses sujets, voulant leur bien -  être et très sensible aux questions sociales.

L'écriture est belle, c'est un beau témoignage d'une époque chaotique et d'une femme attachante, ni cherchez pas d'autres éléments. Un agréable moment de lecture. Une parenthèse.

 

Tag(s) : #Partenariat Denoël

Partager cet article

Repost 0