Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelle découverte d'un registre où j'ai peu de repères ; la SF grâce aux Editions Denoël. Merci pour cette lecture.

Quatrième de couverture (extrait):

La série de nouvelles les plus récompensées de l'histoire de la science fiction, réunie pour la première fois en France dans son intégralité.

Kirinyaga est le nom que portait le mont Kenya à l'époque où y siégeait encore N'Gai, le dieu des Kikuyus. C'est aussi, en ce début du XXII ème siècle, l'une des colonies utopiques qui se sont créees sur des planétoides territoriales terreformées dépendant de l'Administration. 

Pour Koriba, son fondateur - un intellectuel d'origine kikuyu qui ne se reconnaît plus dans un Kenya profondément occidentalisé - il s'agit d'y faire revivre les traditions ancestrales de son peuple, en refusant coûte que coûte ce qui pourrait menacer la permanence de cette utopie africaine.....

Avis et commentaires :

Un livre dont je craignais le registre (plutôt SF) puisque paru dans la collection "Lunes d'Encre" mais dont la lecture m'a plu. Recueil de chroniques débuté le 21 Avril 2123...

Imaginez une civilisation mondiale très avancée et qui offre (un paradoxe !) de créer et transporter un des peuples originels du Kenya (les Kikuyus) sur une planète colonisée par ailleurs pour que ce dernier sur la houlette de Koriba, nommé sorcier (le mundumugu) pour revenir à un mode tribal originel et vivre selon les traditions, hors de tout modernisme....

Sur l'idée d'instaurer une "Utopie" uniquement régie par les traditions les plus ancestrales et archaïques, c'est toute une mini société, à l'origine volontaire, qui veut se construire ici. Fantastique retour en arrière avec des mœurs plutôt arriérés pour nos sociétés et des croyances, hors de toute réalité. Notre chroniqueur Koriba est un homme bien étonnant et difficile à cerner, il a fait les plus hautes études possibles sur terre, connu tous les progrès techniques, scientifiques mais a aussi été confronté à un Kenya hyper moderne, aux conflits, à toutes les turpitudes du XXI ème siècle et l'histoire des siècles précédents. Après avoir fondé une famille, il quitte tout, jugeant que seules les traditions ancestrales et la religion primaire est la seule qu'il faille maintenir par le biais d'histoires, de paraboles de la religion dont N'Gai était le dieu suprême dont il va se faire le chroniqueur auprès de sa tribu recréée. A une nuance près, l'Administration qui a instauré cette planète satellite, lui permet de mettre en application et par des moyens bien modernes, eux, via l'ordinateur dont il est le seul détenteur, ce qui apparaît aux yeux des siens de sa seule magie (les saisons, la pluie...)

Cette "Utopie" souhaitée va t'elle pouvoir survivre, se maintenir et se développer selon ses concepts ancestraux et à travers une société dont la hiérarchie est bien ancrée et les femmes au dernier niveau de l'échelle sociale ? C'est tout l'enjeu de ses chroniques où confronté à ce qui reste la nature humaine (l'envie, la jalousie, la volonté de confort, de progrès) Koriba va devoir se battre pied à pied pour tenter de faire vivre les "Kikuyus" selon les traditions et parfois jouer sur une relative naïveté, l'analphabétisme et la crainte du sorcier et de son dieu N'Gai...

On se laisse porter par ces récits, ces fables, ces anecdotes et une société tribale particulièrement faillible car si humaine....

Récit fluide, on ne peut pas manquer de faire un rapprochement avec tous les systèmes sociaux que nous connaissons et les sociétés ou projets utopiques qui se sont succédés durant l'Histoire de l'Humanité et les combats contre la nature humaine profonde (ses failles et travers) comme l'absence avérée et actuelle d'un modèle sociétal idéal.

Un dernier mot sur la structure même du récit; le livre comprend deux parties, la première et la plus longue est celle qui m'a le plus porté et reste l'introduction indispensable à une seconde partie moins stimulante.

 

Tag(s) : #Partenariat Denoël

Partager cet article

Repost 0