Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une BD de qualité, un quasi récit pictural obtenu et lu dans le cadre de la dernière opération Masse Critique de Babelio. Merci à ce forum et aux Editions Casterman.

 

Avis et commentaires :

J’avoue avoir beaucoup à découvrir en matière de BD et cette nouvelle expérience et totale découverte, à la vue de sa couverture et à la lecture de sa thématique, m’a tout d’abord intrigué puis un peu effrayé.

Ces sentiments, probablement liés à ma faible habitude de ce type de lecture, se sont vite estompés pour se changer en un véritable intérêt sur cette tranche de vie autobiographique, plutôt perturbée, mêlant complexité des illustrations à des traits plus simplifiés, véritable reflet d’un récit de qualité.

Entre juin 1993 et août 2006, Xavier Mussat, l’auteur de ce livre, s’installe à Angoulême pour exercer un métier qui l’intéresse depuis toujours ; la BD. Impliqué pendant un temps dans la préparation de « Kirikou », il se cherche à la fin de cette préparation, il prend son indépendance, sans vrai succès entre projet plus ou moins perso et Pôle Emploi et va donc vivre une longue parenthèse, à Angoulême, plutôt désœuvré professionnellement mais alors particulièrement débordé par le côté personnel entre ses copains, eux aussi, dans la BD, dont certains plutôt perturbés et surtout par sa relation de nature assez toxique et complexe avec Sylvia.

Être plutôt perturbé, Sylvia, a dans le domaine de sa vie privée et encore plus dans la vie amoureuse, une nature exceptionnellement torturée. C’est tout le cœur du problème de l’auteur, entretenant une cour assidue auprès de cette égérie, les relations, entre ces deux êtres vont se révéler d’une rare complexité, hésitant entre relation amicale, amoureuse, passion, ils vont chacun à leur tour, alterner le rôle de bon copains, confidents, entremetteurs, puis amant et cela en total décalage. On se rapproche, dans les faits, plus d’une relation sado maso voir d’une grande proximité avec les mœurs de la mante religieuse dans sa vie amoureuse que d’une classique histoire d’amour.  S’ils vivent le plus souvent en autarcie totale, leur relation torturée, certains amis, parfois plus qu’intrusifs, sont de passage et apportent un peu de piment dans ce couple.

Entre folie, chantage affectif, dépendance financière, dépendance affective, sexe fusionnel, trahisons, période de chômage, dépressions et tentatives de suicides, Sylvia et l’auteur vont nourrir une relation hautement toxique, l’ensemble totalement incompris et mal appréhendé par les derniers amis et la famille de chacun.

Pour rester au plus près de ce récit, un bestiaire des plus variés, de dessins chocs, de traits simplifiés, tout est mis à profit pour que le lecteur soit aussi bien plongé dans l’histoire de ces deux personnages que dans la visualisation et la concrétisation des émotions, des évènements et des lieux. Histoire autobiographique mais aussi parfaite illustration du milieu de la BD et de son système dans la ville qui lui est dédiée.

Un bonheur et un plaisir.

 

Tag(s) : #Masse Critique Babelio

Partager cet article

Repost 0