Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Troisième et dernier livre de la sélection du mois d'avril pour le Prix des Lecteurs 2014 du LDP pour lequel je suis membre du jury.

 

Quatrième de couverture :

 

Swamplandia, propriété de la famille Bigtree, a longtemps été le parc d'attractions le plus célèbre de toute la Floride grâce à sa vedette, la mère, Hilola, dompteuse d'alligators de classe internationale. Après sa mort prématurée, l'entreprise sombre dans le chaos et se retrouve à la merci d'un parc concurrent, bien plus moderne, le Monde de l'Obscur. Alors que son père lâche prise et que son frère et sa soeur s'égarent, Ava, la cadette,se donne pour mission de sauver les Bigtree du naufrage.

Ce premier roman d'un des écrivains les plus doués et les plus inventifs aujourd'hui aux Etats - Unis a été finaliste du prix Pulitze.

Swamplandia est traduit dans une quinzaine de langues et est en cours d'adaptation pour la télévision par HBO.

 

Avis et commentaires :

 

Etrange lecture que celle - ci, une chronique familliale déclinée par la cadette de la famille de la tribu indienne des Bigtree;  la jeune Ava, où les destins de chaque membre de la tribu et de cette famille pour tenter de retrouver ses marques, de sauver leur parc d'attraction , "Swamplania", autour des alligatoirs en pleine perdition, récit d'apprentissage pour les plus jeunes de cette famille où après la mère, morte d'un cancer et véritable figure totemique, c'est le père qui s'en va en laissant chacun de ses enfants se débrouiller.

C'est sur une île dont ils sont propriétaires, non loin de la Floride, que la famille des Bigtree vivote autour de spectacles et de dressage plus ou loins dangereux et dont les alligators sont le centre d'intérêt. Si ce parc désuet vivote honorablement avec la mère de la narratrice comme principale actrice, il se vide dramatiquement puis quasi définitivement à la mort de celle-ci, emportée par un cancer, privant d'un seul coup de répères, ses enfants encore très jeunes et définitivement le parc de ses visitieurs. Cela d'autant plus que la place est reprise rapidement par un nouveau parc d'attractions, bien plus moderne et attractif  ; "Le Monde de l'Obscur".

Le père désorienté quitte alors l'île pour trouver d'hypothétiques nouvelles sources de financement en laissant chacun des enfants se gérer seul. Un rêve les unit tous, relancer leur parc d'attraction et pour cela chacune et chacun vont tenter, selon leur nature, sciences occultes pour l'une, le départ pour le continent avec la volonté d'entrer à l'université et de se tourner vers l'aviation tout en se faisant exploiter dans le parc ennemi pour l'autre et pour  Ava, notre narratrice et la cadette, une nouvelle orientation pour ses alligators, le souvenir et le culte de sa mère et l'apprentissage auprès d'un personnage bien atypique ; l'Oiseleur

 

Tout cela s'embôite plus ou moins bien dans un récit aux saveurs douce amères de l'adolescence et du passage à l'âge adulte dans une famille indienne atypique. Si le lecteur ne voit pas bien où on veut l'emmener, la note assez humoristique globale de ce récit sauve l'ensemble.

Tout cela donne une chronique picaresque, parfois burlesque, trop souvent désordonnée ou longue mais avec une véritable volonté de séduire son lectorat. Humour donc, roman d'apprentissage, chroniques indiennes et familliales, éternel conflit entre modernité et ancienneté, bonne critique du mode de fonctionnement des parcs d'attractions américains mais indubitablement un certain style et une originalité..

Tag(s) : #Prix des Lecteurs 2014 du Livre de Poche

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :