Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

​Premier livre proposé à mon attention en tant que membre du Jury du Prix Des Lecteurs 2014.

​Quatrième de couverture

​De l'Ohio à la Virginie - Occidentale, de 1945 à 1965, des destins se mêlent et s'entrechoquent : un rescapé de l'enfer du Pacifique, traumatisé et prêt à tout pour sauver sa femme malade ; un couple qui joue à pièger les auto - stoppeurs ; un prédicateur et un musicien en fauteuil roulant qui vont de ville en ville, fuyant la loi....

​La Prose somptueuse de ce premier roman de D.R Pollock contaste avec les actes terribles de ses personnages. Un univers qui rappelle ceux de Flannery O'Connor, Jim Thompson ou Cormac Mc Carthy.

Avis et commentaires

 

Amis de l'idéal américain, et de la réussite à l'américaine, passez votre chemin car avec ce récit de Donad Ray Pollock, le bateau va sérieusement tanguer....

Ici la violence, l'aveuglement, la crasse, la compromission et la bétîse crade sont le quotidien volontaire ou nom des anti-héros dont le procureur Pollock dresse le portrait. Une succession de portraits très "wasp", de cette catégorie dont le KKK ou les fameux conservateurs des "tea party" se nourrissent et sur lesquelles ils s'appuient.

Tout cela au nom de la religion catholique pratiquée à un niveau zéro mais intensif. SI tu as vécu dans la crainte d'un dieu tout puissant et dans le sang, ton âme est définitivement corrompue.... Tu as connu le sang, la violence, c'est dans tes gènes et tu succomberas ou reconduiras la violence.Récits de destins sordides entre l'Ohio et la Virginie - Occidentale qui, à l'issue de ce livre verront leur route se croiser et devront alors payer une addition parfois fort lourde.

Une performance d'auteur que de rendre de manière aussi crue des personnages aussi antipathiques que deux illuminés prédicateurs escrocs et meurtriers par bétîse, un couple de tueurs d'auto stoppeurs en série, un shériff corrompu et puis Arvin, le seul que l'on voudrait voir sauver.

Aucun de ceux - là ne mérite un quelconque apitoiement hormis ce dernier, né de l'amour de Willard et Charlotte, il va connaître, encore enfant, la douleur de son père de voir son amour s'éteindre du cancer malgré toute sa foi et les excés que celle - ci lui fait commettre. Mais avec Pollock l'espoir et les moments de bonheur sont courts mais l'écriture est belle et le trait acéré.

Un beau moment de lecture.

Tag(s) : #Jury Prix des Lecteurs de LDP 2014

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :