Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Livre lu dans le cadre de l'opération mise en place par Price Minister que je remercie comme les Editions Albin Michel.

 

Quatrième de couverture :

 

"L'amour, ce mot ne finit pas de bégayer en elle, violent et incertain. Sa profondeur, sa vérité ne cessent de lui échapper, depuis l'enfance, depuis toujours, reculant chaque fois qu'elle croit l'approcher au plus près, au plus brûlant. L'amour, un mot hagard."

Tout en évocations lumineuses, habité par la grâce et la magie d'une écriture à la musicalité parfaite, Petites Scènes capitales s'attache au parcours de Lili, née dans l'après-guerre, qui ne sait comment affronter les béances d'une enfance sans mère et, les mystères de la disparition.

Et si l'énigme de son existence ne cesse de s'approfondir, c'est en scènes aussi fugitives qu'essentielles qu'elle en recrée la trame, en instantanés où la conscience et l'émotion captent l'essence des choses, effroi et éblouissement mêlés.

 

Avis et commentaires

 

Inspiré par un des ouvrages précédents au style déjà particulier et sensible; "Magnus" et devant le peu de commentaires que "Petites Scènes Capitales" a recueilli dans cette rentrée littéraire de l'automne 2013, c'est avec impatience que j'attendais de m'en faire ma propre lecture. 

Impatience bien récompensée par cette nouvelle oeuvre où la note sensible, la qualité d'écriture et les thèmes repris m'ont emportés dans une certaine mélancolie.

Le mystère des origines, de la famille, des hasards et des secrets tus est au coeur de ce très beau roman.

Lili - Barbara, la narratrice est une enfant qui n'a pas connu sa mère, le mystère de cette départ et de ses causes marquera toute sa vie. Cela d'autant plus que son père, homme disert, a refait sa vie très vite et l'a ainsi projetée dans une famille déjà constituée autour de Viviane, sa belle - mère, de demies - soeurs dont des jumelles et d'un demi - frère, tout ce clan étant déjà le fruit de deux unions  dont ,elle, Lili - Barbara aura beaucoup de mal à trouver ses marques et repères.Entre inquiétude existentielle, attente d'un père plus aimant et en quète de mère, et de repères, Lili - Barbara va ainsi traverser une époque marquée par de nouveaux drames familiaux, la folie de mai 1968 et se chercher une vocation entre gemmologie, peinture et photo. Sans repère sentimental , hors une expérience dans une communauté crée en1968, elle va s'improviser comme un témoin particulièrement sensible et avisé dans les multiples joies, travers, tragédie de cette famille recomposée pour laquelle elle ne trouvera jamais sa marque et ses repères.

Mort accidentelle, folie passagère, vocation tardive religieuse, secret de famille, origines troubles, tout se décline dans un style épuré et recherché avec des mots, des phrases et des chapîtres courts mais extraordinairement sensibles.

Questions existentielles, quelle est la base d'une famille, ce qui la constitue, recherche de sa vocation, de sa voie, amours et amies trop rares mais sans aucun pathos ou volonté de susciter un malaise chez son lecteur, c'est un très bon livre à lire et à relire au calme et sereinement.

 

Ma note : 9 / 10.

Tag(s) : #Les Matchs de la Rentrée Littéraire 2013 avec Price Minister

Partager cet article

Repost 0