Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Quatrième de couverture :

 

Avec Ascanio Celestini, l'écriture est une féerie de la création. Son roman "Lutte des Classes" en est un magistral exemple. Quatre personnages qui vivent dans le même immeuble, où se mêlent la loufoquerie et le désastre, nous racontent leurs histoires entremêlées. Il y a d'abord Salvatore, le petit frère de Nicola. Les deux jeunes gens vivent avec leur oncle (devenu "homme de fauteuil"), après le décès accidentel de leur mère et le départ de leur père pour la Chine. Salvatore travaille bien à l'école pour faire plaisir à son oncle et échapperà la vie précaire de son milieu, mais il est d'abord préoccupé par les femmes, surtout celles qui font le double de leur âge. Son grand frère Nicola, qui gére la vie familiale, au prix d'un travail ahurissant, se dit un professionnel du sexe et le nourrit d'histoires farfelues. Il y a Marinella, solitaire et accablée par son bec-de-lièvre, qui travaille dans le même centre d'appels que Nicola, et cherche l'amour qui la sauverait de sa situation de laissée-pour-compte. Enfin Mademoiselle Patrizia, dont Salvatore arrose les plantes pendant son absence, profitant de l'occasion pour fantasmer sur sa lingerie. C'est par elle que l'évènement arrive : élevée dans la religion, contrainte à la précarité, elle se révolte contre une vie aliénée. Quatre destins de héros ordinaires de notre temps.

 

Avis et commentaires :

Difficile de livre un avis sur un livre qui, s'il est original sur le fond comme la forme, ne m'a pas particulièrement séduit.

On est effectivement dans le cadre d'un récit choral, destiné à croiser les destins de chaque personnage à travers leurs manies, vies quotidiennes, travers, idéaux et histoires de vie pour en faire un livre global mais aussi réquisitoire sur une certaine vison politique et sociale de l'Italie contemporaine. Si des personnages se détachent plus que d'autres et que le portrait qu'en fait l'auteur est souvent précis, drôle voir cruel, aucun ne m'est apparu comme attachant.

Une lecture en mode mineur donc et une vision qui mériterait d'être affinée. J'ai eu l'impression qu'Ascanio Celestini est passé à côté d'un bon récit.

Tag(s) : #Opérations On vous lit tout avec Libfly

Partager cet article

Repost 0