Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Opération Libfly et Le Furet du Nord «On Vous éclairé Tout»  :

 

  • Titre: «Le Silence de Perlmann»
  • Auteur: Pascal Mercier
  • Code ISBN: 978 - 2-35580 - 026-9
  • Mon avis:

Livre reçu dans une version de 768 pages, roman ardu dans son approche mais pour lequel on s’attache néanmoins pour en avoir le dénouement. Pascal Mercier s’engage ici dans un roman à multiples facettes ; récit et retour sur la vie et le parcours humain et professionnel du linguiste Philippe Perlmann, sorte d’anti – héros, professeur et traducteur émérite et reconnu qui par un concours de circonstance va se trouver embrigadé dans la mise sur pied d’un mois de conférences et de travaux autour de la langue et de l’image en tant qu’organisateur, débatteur et rapporteur dans uns station balnéaire proche de Gènes, le tout financé par un groupe industriel.

Livre partagé en trois parties inégales ; découverte du document russe et premiers jours de ce symposium, le plan de Perlmann pour éviter le discrédit et le dénouement.

Le lecteur va avoir, un peu à la manière d’un livre de David Lodge, l’opportunité de découvrir sous une certaine plume sarcastique, un petit monde d’une dizaine de scientifiques, universitaires et spécialistes, une galerie de personnages très imbus d’eux-mêmes, femmes et hommes où la curiosité, un certain pédantisme et surtout des ego démesurés vont se confronter, se jauger et si possible détruire les arguments et travaux de chacun.

Le hic et le fil rouge de ce livre c’est bien entendu Perlmann, un linguiste totalement dépassé, asséché qui arrive à ce symposium sans avoir le début d’une idée ou de travaux à présenter et confronter lors de ce mois, hormis un texte d’un confrère russe qui ne devait pas être présent. A défaut d’idée, Perlmann entreprend la traduction de ce texte en espérant y trouver l’inspiration et une idée. Entre difficultés à traduire, critique des travaux des autres participants, arbitrage et prises de bec, notre anti – héros va revenir sur son passé ; une femme photographe disparue, une maitresse musicienne, sa fille, sa famille, sa jeunesses, son itinéraire professionnel contrarié de musicien et échafauder des stratégies, plus fumeuses les unes que les autres pour que ses confrères ne le prennent pas en défaut. Il va parallèlement, à travers ses fuites ou fugues, tenter de faire coller les idées du confrère russe sur la mémoire, le temps et les images à son histoire personnelle et décliner les grands moments de l’histoire de seconde fin du XX è siècle. Là ou tout va se précipiter c’est quand finalement la venue du confrère russe, dont il s’apprête à reprendre les travaux à son compte, est confirmée …. Que va faire Perlmann pour éviter à sa carrière d’être plombée et à enfin retrouver sa verve et ses qualités de chercheurs ?

Voilà pour le fond, pour la forme, je dois reconnaître que les longues parties dédiées à la linguistique en tant que science ou les finesses dans la traduction des mots russes en anglais, allemand ou italien, si elles sont instructives, m’ont souvent effrayés et décontenancés…Le style de l’auteur, bien rendu par ses traductions est de qualité, la galerie de portraits est fine et cynique à souhait.

 

 

Tag(s) : #Opérations On vous lit tout avec Libfly

Partager cet article

Repost 0