Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Lecture commune organisée par mimi54 sur Livraddict.

Sujet et avis ici : http://leblogdemimipinson.blogspot.fr/2013/07/le-passe-simple.html pour mimi et là : http://deslivresetsharon.wordpress.com/2013/07/15/le-passe-simple-de-driss-chraibi/ pour Sharon.

 

Quatrième de couverture

 

Lors de sa parution en 1954, ce livre fit l'effet d'une véritable bombe, tant en France qu'au Maroc qui luttait pour son indépendance. Avec une rare violence, il projetait le roman maghrébin d'expression française vers des thèmes majeurs : poids de l'Islam, condition féminine dans la société arabe, identité culturelle, conflit des civilisations. Vilipendé au déut, commenté par des générations de lecteurs, il est enseigné depuis quelques années dans les université marocaines. Dix-huit thèses de doctorat lui ont été consacrées à ce jour.

 

Avis et commentaires

 

Totalement inconnu pour moi cet auteur et ce livre et c'est peu dire que cette lecture me fut difficile tant dans son mode d'écriture que dans ses personnages.

L'histoire du jeune Driss, jeune marocain entre Casblanca et Fés, alors que le Maroc était encore un protectorat français,  projeté et écartelé entre les deux cultures ; celle de son pays (traditions et religion, hiérarchie sociale masculine majoritaire) et de celle que la France tente d'inculquer à ce pays est un constant proçés envers l'une et l'autre de ces nations. Comment trouver ses marques avec un père très religieux, seul chef de famille avec quasi droit de vie et de pensées sur ses fils et sa femme et un pays "occupant" tentant de désenclaver la culture originelle, les traditions jugées archaîques et bien décidé à considérer le Maroc comme sien ?

Une seule attitude ;  la révolte et le conflit avec ces deux cultures qu'on lui impose et bien évidemment contre le père, aimé malgré tout. S'emparer des modes de pensée, de ce que l'on considère comme les atouts de l'un et l'autre des pays et des cultures, réagir contre la religion musulmane pour ses excés (position de la femme dégradante, omniscience et omnipuissance du père et du chef de famille) et en faire une sorte de fusion ... pour lutter contre les injustices de la vie, la mort de son frère, le suicide de sa mère... pour tracer sa voie en respectant et rejetant les décisions de son père à son égard... Se forger son identité et ses combats.

Affrontement dantesque entre le père et le fils, le second profondément heurté par l'hypocrisie du premier, qui se veut la vertu musulmane réincarnée alors qu'il la bafoue et l'impose vertement à ses septs enfants et à sa femme.

Pousser son fils à poursuivre ses études le plus loin possible au Maroc, voire même en France, adhérer aux idées et principes de la France ne serait-ce que pour mieux la contrer et toujours revenir à la tradition marocaine et musulmane. C'est le combat et la motivation de ce patriarche au caractère et à l'entêtement bien ancré.

 

Une lecture ardue, âpre mais un style indéniablement enlevé, voilà ce que je retiendrai de ce livreet de cette découverte.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :